Arrêtez tout ce que vous êtes en train de faire : Rédemption va déménager d'ici peu. Plus d'infos ?

Partagez|

Echoes of a fallen love •• PV.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar✉ Messages : 597
✉ Fiche : La fiche.
Les liens et sujets.
Le journal intime
✉ Ft : Anna Popplewell
✉ Classe et/ou emploi : Maîtresse du dôme.
✉ RP(s) en cours : Deux.
✉ Âge : 18 ans
✉ Pouvoir(s) : Prémonitions en retrait, Télékinésie hyper développée.
Féminin

~ Qui es-tu ?
Relations ::
MessageSujet: Echoes of a fallen love •• PV. Mer 21 Nov - 10:17


Echoes of a fallen love



Qu'est-ce que tu sais de la peine ? Tu connais ce sentiment qui te brise, tu connais ça ? Tu te sens faible et impuissant. La peur, la perte, tu aimes et on t'enlève tout. C'est comme si tu courrais sans relâche, que tu essayais de fuir ce sentiment qui t'oppresse, toujours un peu plus. Tu es dans un étau, et tu ne peux en sortir. Tu essayes de briser tes chaînes mais à chaque fois elles se resserrent.


Elle marche. Calmement dans la forêt. Elle a trouvé un remède, une solution solide pour faire fondre ses chaînes, les regarder couler le long de ses poignets. Le remède au traumatisme qui l'a frappée de plein fouet comme un bateau qui s'écrase contre une falaise. Son cœur battait à peine, il était calme, étrangement calme. L'air de la nuit caressait sa peau. Elle était froide. L'air était froid. Pas frais. Sa peau était trop nue, elle n'avait pas de veste. Lors de « ces » moments, elle sortait sans faire attention à la météo. C'était bien le dernier de ses problèmes d'ailleurs. Solide. Ancrée à la réalité.


Sélène avait cessé de rêver. Sa vie n'était qu'un cauchemar lorsqu'elle espérait mieux. Actuellement, elle était heureuse. Peut-être pas dans cette forêt à cet instant précis, mais si on la prenait quelques heures plutôt, à observer Luke dormir avec un sourire stupide au visage, à écrire sur son journal quelques mots, oui, elle était heureuse, la définition même du bonheur. Éphémère mais instructif. Mais la nuit avançait, et comme à chaque fois la malédiction de sa peine frappait. Comment Cendrillon aux douze coups de minuit, elle devenait une autre. Plus distante, plus froide, mais incapable de souffrir. Ce n'était plus Sélène, c'était ce qu'elle aurait aimé être. Un monstre. Pour ne plus avoir mal. Pour ne plus aimer. Pour ne plus détester.


Elle n'avait pas de destination, et pourtant elle connaissait la suite de l'histoire. Son pouvoir d'anticipation ne semblait se laisser dompter que par cette partie de la brune, la plus puissante aussi. Elle releva les yeux pour observer la nuit, moins étoilée qu'à l'habitude. Quasiment noire. Mais la lune était là. Joli croissant d'argent, berçant le ciel en deuil. Le silence de la forêt aurait été oppressant pour l'autre Sélène, mais pour celle qui vivait actuellement, il n'était que creux. Vide. Le sol humide jonchés des premières feuilles de l'automne précoce craquait sous ses pas agiles et sûrs. Elle s'arrêta. Parfait silence. Elle respirait à peine et savait ignorer sa propre respiration. On aurait dit un animal qui chassait. Guettant sa proie. Quel simple d'esprit aurait pu s'aventurer en pleine nuit dans la forêt qui bordait Rédemption en sachant que même si le centre était à présent réputé pour être sûr, il l'était beaucoup moins qu'en apparence ? Personne. Personne, vraiment.


Mais il y eut un craquement. Elle releva ses yeux. Et quels yeux. Au revoir les larmes, bonjour la lueur destructrices qui éclairait son regard. Elle avait besoin d'une victime. Elle avait besoin de calmer la peine qui menaçait de faire s'écrouler son « autre ». Trop de responsabilités faisaient battre son âme. C'était la raison pour laquelle elle se devait de vivre encore. Pour se promettre d'un jour être heureuse et en sécurité. Elle était bien partie pour y arriver. Elle cru reconnaître la respiration lente et profonde. Mais elle ne pouvait en être sûre. Ses sens n'étaient pas encore assez aiguisés pour détecter une présence, une odeur, et y rattacher un souvenir. Pas dans la nuit noire et dans la forêt dont l'odeur elle même était caractéristique et très forte. Elle était droite. Muette. Immobile. Mais sa voix murmura quelque chose.


« Mensonges. Crépuscule obscur sans lendemain. Espoir déchiré. Lentement tu t'éteins pour ne jamais revivre. Souvenir douloureux. Trahison. N'as-tu pas mal ? Ça viendra. »

Elle déclencha son pouvoir sur la silhouette à quelques mètres devant elle, entre les arbres. Oppression. L'étau de l'incapacité à faire quelque chose, vous vous souvenez ? C'était ça. Son pouvoir de télékinésie agissait comme un étau qui se resserrait autour de sa victime à chacun de ses mouvements. Cherche l'absolution et repends toi. En vain. Se sentir écrasé par le poids de responsabilités qu'on a pas tenu. Un flash l'illumina. Ce n'était plus de la peur. Seulement de la colère.


Dans ce monde de destruction, le pardon n'a plus lieu d'être.



• • • • • • • • • • • • • • • • •


It's been written in the scars on our hearts
We're not broken just bent
And we can learn to love again.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://redemption.forums-actifs.net

Echoes of a fallen love •• PV.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: