Arrêtez tout ce que vous êtes en train de faire : Rédemption va déménager d'ici peu. Plus d'infos ?

Partagez|

All they told me was just give up.. • ft. Joanna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Sacha Rush
avatar✉ Messages : 371
✉ Fiche : Here, it's clear, that I'm not getting better.
✉ Classe et/ou emploi : Première / Alternance
✉ RP(s) en cours : 0/1
✉ Âge : 18 ans.
✉ Pouvoir(s) : Compréhension animale, et mutation animale ( Limité aux mammifères, pouvoir "détraqué", sa forme animale ( principalement loup ou chien ) est au final presque sa forme la plus présente. )
Masculin

~ Qui es-tu ?
Relations ::
MessageSujet: All they told me was just give up.. • ft. Joanna Sam 30 Juin - 16:03






Ses pattes heurtaient le sol dans des sons étouffés, et réguliers. Il connaissait tous les recoins de cette forêt. Son corps se déplaçait rapidement entre les arbres, telle une ombre discrète et fluide. Il n'avait plus aucune notion du temps. Tout cela, jusqu'à son retour brutal dans la réalité humaine.

Son corps retomba lourdement au sol. Il se redressa, observant ses mains, comme si il les découvrait pour la première fois. Sa tête tournait. Son esprit était embrumé. Sa vision était légèrement floue. La transition était difficile et brutale. Il se mit debout, s'appuyant contre un arbre. Il avait de la terre humide sur ses vêtements. Il l'essuya d'un geste négligé de la main, grognant. Cette situation était difficile. Il n'avait presque plus l'habitude de sa forme humaine, qui revenait de plus en plus ponctuellement, et toujours de manière aussi violente. Il bascula sa tête en arrière. Tout cela, c'était à cause de cet espèce de type bizarre. Qui avait, d'une main, détruit le peu d'équilibre qu'il restait dans sa vie.

Son pouvoir était devenu un énorme fardeau. Redevenir humain, et surtout le rester, était difficile, et surtout aléatoire.

Il soupira, passant une main sur son menton. Sa peau était rugueuse, et une barbe de trois jours commençait à apparaître. Il sentait ses joues creuses. Il ne se nourrissait que très peu ces derniers temps, et sa moue enfantine, ses joues rondes avaient fondues. Il soupira, ignorant la saleté de ses vêtements. Il extirpa de sa poche à moitié déchirée son paquet de cigarettes. La boîte était humide et déformée, mais il arriva à trouver un de ces tubes toxiques et addictifs indemnes. Il le glissa entre ses lèvres, et extirpa un vieux briquet en plastique pour la poche, pour en allumer le bout. Il avait reprit les mauvaises habitudes. C'était mal, mais c'était également une des seules choses qui parvenaient plus ou moins à le calmer. C'était déjà cela. Il expira une première bouffée de cette fumée odorante, se laissant tomber au sol. Il était trop épuisé pour bouger. Il plaqua son dos contre l'arbre.

Cela faisait des jours qu'il n'était pas redevenu humain. Cela le rendait malade. Il avait besoin de voir des gens. Mais toujours la même question planait : aurait-il le temps de retourner à Redemption avant de se transformer de nouveau en animal ? Il comprenait soudainement ce qu'avait dût ressentir Eden, tout ce temps, à vivre seule dans la forêt. C'était simplement terrible, et cela le rendait fou. Totalement fou. Il n'était clairement plus le même, du tout.

Il lui fallait retrouver ce type. Qui lui avait refilé cette sorte de mutation de pouvoirs. Ce grand mec tatoué, à l'allure étrange. C'était tout de sa faute. La sienne. Il le retrouverait, coûte que coûte. Il lui avait volé sa vie.

Il soupira, envoyant dans l'air frais de ce début de printemps une bouffée de fumée grisâtre. Tout autours de lui, il sentait la faune qui s'agitait, vivante. Il les comprenait, et communiquait avec eux presque perpétuellement. Il n'y avait qu'eux, tout autours. Ils étaient devenu sa seule compagnie. C'est pourquoi, lorsqu'il sentit une nouvelle présence dans les alentours, il ne put s'empêcher de sursauter. Cette présence était humaine, il en était certain. Il se redressa légèrement, les sens en alerte. Ses sourcils légèrement froncés, il aperçut du coin de l’œil une silhouette se dessiner.

Sans tourner le regard, il tira une nouvelle fois sur sa cigarette, et d'une voix brisée, rauque et maladroite, il demanda :

« Qu'est-ce que vous faites là ? »


Il avait hérité de quelques réflexes canins, à cause de sa forme animale. Tel un loup, il avait gagné cette notion de territoire, ce lieu qu'il avait fait sien. Il ne savait pas qui s'approchait. Il ne connaissait pas l'odeur qui s'en rapprochait. Ses sens développé de canidé étaient toujours actifs, et lui permettaient de déduire que cette personne lui était inconnue.

• • • • • • • • • • • • • • • • •

“And I don't want the world to see me
    Cause I don't think that they'd understand..”

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar✉ Messages : 26
✉ Fiche : miss matter, you had her, now she's goin' away.
✉ Ft : nina dobrev.
✉ Classe et/ou emploi : rien, plus rien.
✉ RP(s) en cours : 0/2
✉ Âge : dix-huit ans.
✉ Pouvoir(s) : force surhumaine.
Féminin

~ Qui es-tu ?
Relations ::
MessageSujet: Re: All they told me was just give up.. • ft. Joanna Sam 30 Juin - 20:38

Rédemption n’était décidément pas un endroit qu’elle appréciait, que ce soit par son ambiance ou son apparence. Si ça n’avait tenu qu’à elle, elle serait déjà partie et, d’ailleurs, elle ne serait jamais venue ici. Mais justement, ça ne tenait pas à elle de décider. Elle s’était engagée, elle avait des responsabilités et des obligations ; elle ne pouvait pas quitter l’organisation. Et de toute façon, elle n’en avait pas envie. C’était son boulot, c’était sa gloire... et ça lui plaisait bien. C’était par devoir, par fierté et par principe qu’elle restait à Birdsall.
Ca ne l’empêchait toutefois pas de détester l’internat, et encore plus ses bâtiments. Ainsi se promenait-elle dehors depuis une bonne heure, profitant qu’il ne pleuve pas, et qu’il fasse relativement bon pour un mois de mars, bien que ce ne soit pas encore ça... Étant une amoureuse de la chaleur et du soleil, elle ne pouvait que détester le climat anglais.
Décidément, tout semblait avoir été mis en œuvre pour qu’elle déteste cet endroit. Le centre, ses pensionnaires, le climat de la région, l’ambiance... Tout. Pourtant, jusqu’ici, elle n’avait pas porté la poisse...
Mais il ne fallait pas croire qu’elle regrettait d’avoir quitter Chattanooga, bien au contraire ! Entre ici et là-bas, le choix était vite fait.

Un courant d’air la força à baisser la tête, et à ensuite remettre ses cheveux en place, mais elle continua à marcher, inlassablement, entre les arbres. Après avoir traversé ce parc à l’allure triste, elle avait en effet décidé de s’enfoncer dans la forêt... et elle se moquait bien de paraître imprudente, ou audacieuse, ou quoi que ce soit du genre : elle faisait ce qu’elle voulait, quand elle voulait, où elle voulait. Non, on ne changerait jamais Joanna Monroe.
Habillée d’un jean slim, d’un t-shirt blanc rayé horizontalement de noir, et d’une veste blazer sombre, elle parvenait encore à avoir froid. Sur ce point non plus, on ne la changerait pas. Mais ce n’était pas sa faute si l’Angleterre était un pays pourri, météo parlant !
Toujours, elle avança.
Au fond, les arbres avaient quelque chose d’inquiétant, avec leurs branches crochues, leurs feuillages imposants, leurs ombres... mais le silence était le plus effrayant, dans une forêt. Comme si à chaque pas, vous risquiez de vous faire attaquer par un animal sauvage. Comme si à chaque pas, un loup était prêt à vous sauter à la gorge. Et malgré tout, la brunette continua son petit bout de chemin, l’esprit clair, errant ci et là en prenant soin de ne pas se perdre – il ne manquerait plus que ça.

Et elle le vit.
Instinctivement, elle s’arrêta, l’observant de loin.
Il était appuyé contre un arbre, tirant sur sa cigarette. Il était sale, et Joanna dut s’y prendre plusieurs fois avant de se dire que c’était un garçon, et pas un homme des cavernes. Bien sûr, elle ne pouvait pas en être sûre, vu l’état de l’inconnu. Il faisait peur à voir, vraiment... avec ses vêtements, sa légère barbe, et surtout son air... maigre. Elle pencha la tête sur le côté, le détaillant en silence, enregistrant ses traits dans sa mémoire.
Qui était-il ? Que faisait-il là ? Et pourquoi avait-il telle allure ?
Poussée par un élan de curiosité, elle jugea bon de s’approcher ou, plutôt, de reprendre sa route en le contournant, tout en l’observant... et espérant ne pas se faire voir.
Tentative complètement ratée, à en croire la voix rauque qui s’éleva.

« Qu’est-ce que vous faites là ? »

Elle fut bien obligée de s’arrêter, de sortir de l’ombre, pour venir se placer devant lui d’une démarche typiquement assurée. Toutefois, elle instaura d’ores et déjà quelques mètres entre eux. Par prudence. Par méfiance aussi. Ici, on ne savait pas qui allait vous tuer d’un regard ou non, et il suffisait qu’elle s’approche pour qu’il ne l’élimine. Elle n’était pas paranoïaque, elle faisait juste attention à elle.
Tout de suite, elle fixa son regard chocolat sur le jeune homme. Elle ne savait pas trop quel âge lui donner, l’état dans lequel il se trouvait le vieillissant sans doute quelque peu. Il avait l’air... Elle ne parvenait à trouver le mot, alors s’efforça-t-elle de rassembler tout les détails trouvés : son apparence, l’aspect de sa voix, etc.
Un petit sourire au coin s’afficha sur le visage de la demoiselle, et elle répondit d’une voix bien plus assurée que celle de son interlocuteur, le fixant toujours.

« Je me promène. » Elle pencha doucement la tête sur le côté, continuant sur sa lancée, et comme il la vouvoyait, elle faisait de même. Par politesse sans doute. « Je vous renvoie la question : vous n’avez pas vraiment l’air... » Elle jeta un bref coup d’œil à ses vêtements, puis à ses joues, et termina sa sentence. « ...bien. »

Elle avait hésité sur ce dernier mot. Dans sa tête s’étaient battus plusieurs adjectifs : humain, en bonne santé, propre... Finalement, elle s’en était tenue à « bien ». Et si jamais il répondait qu’il se portait à merveille, il ferait un piètre menteur. Enfin, tout du moins, ses vêtements un peu terreux et son apparence montraient le contraire. Peut-être allait-il bien, au fond, mais pour l’instant, Joanna se fiait aux apparences... Après tout, elle ne connaissait rien de ce garçon. Ni son identité, ni son pouvoir, ni sa personnalité. De mémoire d’homme, elle ne se souvenait même pas l’avoir un jour croisé en cours ou dans les couloirs.
Elle mit sa curiosité de côté... pour l’instant.

• • • • • • • • • • • • • • • • •


There will be a few times in your life when all your instincts will tell you to do something, something that defies logic, upsets your plans, and may seem crazy to others. When that happens, you do it. Listen to your instincts and ignore everything else. Ignore logic, ignore the odds, ignore the complications, and just go for it - FIRE AND BLOOD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sacha Rush
avatar✉ Messages : 371
✉ Fiche : Here, it's clear, that I'm not getting better.
✉ Classe et/ou emploi : Première / Alternance
✉ RP(s) en cours : 0/1
✉ Âge : 18 ans.
✉ Pouvoir(s) : Compréhension animale, et mutation animale ( Limité aux mammifères, pouvoir "détraqué", sa forme animale ( principalement loup ou chien ) est au final presque sa forme la plus présente. )
Masculin

~ Qui es-tu ?
Relations ::
MessageSujet: Re: All they told me was just give up.. • ft. Joanna Ven 6 Juil - 22:34







Il releva la tête, se tourna vers la voix. Intrigué. Il la dévisagea un instant. Une jeune femme aux cheveux foncés et à la peau légèrement allée. S'étant arrêtée à une petite distance de lui, elle semblait légèrement méfiante, ou au moins sur ses gardes. Est-ce qu'il faisait si peur à voir que cela ? C'était bien la première fois que l'on agissait ainsi face à lui.

Qui était-elle ? Il ne l'avait jamais vu. Il soupira, envoyant une bouffée de fumée dans l'air humide. Bien ? Comme si il pouvait aller bien. Il sourit d'un air ironique, presque cynique. Non, vraiment. Le Sacha d'avant aurait eu un grand sourire sincère, et enfantin, de ceux qui attendrissent ou agacent. Il aurait répondu avec enthousiasme qu'il était bien, qu'il était juste tombé ou quoi, en s'excusant presque. Le Sacha d'avant, oui, mais le Sacha de maintenant était bien différent. Là, son sourire était juste désinvolte. Pas vraiment son genre, pourtant. Se rendant compte de ce changement en lui, il toussota légèrement, et tapota sur sa clope pour en faire tomber la cendre grise. Il haussa les épaules, et reprit de sa voix brisée et caverneuse :

« Je ne suis pas bien, non. »


Il observa la jeune femme, avant de détourner les yeux. Il n'était pas apte à soutenir un regard. Il avait perdu l'habitude des relations humaines. Sauvage ? Oui. En plus, même si il semblait par son attitude jouer la provocation, il avait honte. Oui, il avait honte de son état, de sa saleté, de sa maigreur, de sa maladresse dans les échanges sociaux. Il soupira.

« C'est pas l'endroit idéal pour se promener. C'est sombre. Et puis tout le monde dit du mal de cette forêt. T'as jamais entendu parler des histoires glauques qu'on y raconte ? »


Son air était amusé. Il c'était permis de la tutoyer. Cette jeune femme devait avoir à peu près son âge. Il avait mentionné avec un ton léger les rumeurs de Rédemption. Pourtant, il savait que c'était quelque chose de grave. Il avait aperçut certaines choses, ici. Démentit certaines histoires, confirmées d'autres. Mais, comme un secret, il n'en parlerait à personne. Il n'avait pas envie de s'attirer des ennuis. Il était bien dangereux de se mêler des histoires glauques et sombres du centre. Il craignait le directeur. Il craignait tous les monstres qui régnaient à Rédemption. Il avait totalement peur, tellement qu'il n'avait plus d'autres options que de céder à sa grande lâcheté. Peut-être qu'au fond, son pouvoir le sauvait. Lui permettait de se cacher.

Il sortit de ces pensées, réalisant que de se perdre ainsi dans ses esprits n'était pas la meilleure chose à faire face à une parfaite inconnu. Il soupira, écrasant sa cigarette à moitié entamée contre le tronc de l'arbre contre lequel il était appuyé, et releva le regard vers la jeune femme, haussant les sourcils.

« Et je peux savoir qui tu es ? T'es de Rédemption au moins ? »


Sa question était maladroite. Il ne connaissait finalement bien peu d'étudiants au centre, et n'était même pas capable d'identifier une élève. Mais l'on croisait tellement de personnes étranges ici que s'interroger sur l'identité de chaque être était devenu une nécessité. Connaître autrui. Deviner si l'on se retrouve face à un allié ou une menace. Peut-être bien que la paranoïa de Sacha le faisait s'interroger beaucoup plus que nécessaire sur les autres...


• • • • • • • • • • • • • • • • •

“And I don't want the world to see me
    Cause I don't think that they'd understand..”

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar✉ Messages : 26
✉ Fiche : miss matter, you had her, now she's goin' away.
✉ Ft : nina dobrev.
✉ Classe et/ou emploi : rien, plus rien.
✉ RP(s) en cours : 0/2
✉ Âge : dix-huit ans.
✉ Pouvoir(s) : force surhumaine.
Féminin

~ Qui es-tu ?
Relations ::
MessageSujet: Re: All they told me was just give up.. • ft. Joanna Dim 22 Juil - 17:11

Pour aborder un inconnu en piteux état dans une forêt presque maudite, il fallait être, pour sûr, soit inconscient, soit idiot, soit super-courageux. Et pourtant, Joanna n’était rien de tout cela... mais juste une demoiselle très – trop – sûre d’elle et de sa capacité à s’adapter rapidement aux situations... Surtout de sa capacité à se débrouiller si ça ne jouait pas en sa faveur, en fait...
De toute façon, elle n’avait pas le droit à l’erreur. Jamais. Peu importe ce qu’elle devait payer pour ça, elle n’avait simplement pas le droit au moindre faux pas. Certaines personnes n’apprécieraient pas ce geste, et elle ne donnait alors pas cher de sa peau. C’était comme ça, pas autrement, et elle le savait.

Arquant un sourcil en s’empêchant d’avoir un petit sourire carnassier – sans raison, pensez-vous – la brune pencha à nouveau la tête sur le côté. Légèrement. Dans un mouvement presque invisible. Elle analysait, observait cet intrigant garçon... Quoiqu’en toute honnêteté, toute personne ici était intrigante, considérant la définition propre à Joanna d’ « intrigant ». Mais lui... Mais ce type... Pourquoi, bon sang, était-il dans cet état ? Ne croyez surtout pas à un élan de pitié de la jeune femme, puisqu’elle en était incapable, mais plutôt à une forme de curiosité. Comme dit précédemment.
Elle nota chaque détail, de la cigarette au sourire cynique, espérant y comprendre quelque chose. Mais rien. Pour l’instant, elle n’avait rien et, par conséquent, ne savait rien... Autant dire qu’elle considéra la situation comme un défi.

« Je ne suis pas bien, non. »

Elle était heureuse d’être bonne comédienne, car si ça n’avait tenu qu’à elle, si elle s’était laissé aller, un sourire amusé se serait dessiné sur ses lèvres. Sauf qu’elle devait continuer à jouer la carte de la méfiance, peut-être pour amadouer la bête... Si elle l’amadouait, elle en saurait plus. Si elle savait plus, elle en serait d’autant plus fière. Et la fierté, c’était bien ce à quoi elle pouvait se raccrocher en permanence. Se raccrocher à elle-même, rien qu’à elle-même. Elle avait vu tellement de personnes gâcher leurs vies pour les autres, se détruire pour quelqu’un, qu’elle en avait envie de vomir. Elle ne comprenait pas ces personnes. Elle ne pouvait, et ne pourrait, comprendre...

« C’est pas l’endroit idéal pour se promener. C’est sombre. Et puis tout le monde dit du mal de cette forêt. T’as jamais entendu parler des histoires glauques qu’on y raconte ? »

Cette fois, un petit sourire au coin apparut sur le visage de Joanna. Bien sûr qu’elle en avait entendu parler, et n’était-elle justement pas là pour savoir ce qui se passait dans cet internat lugubre, pour démontrer certaines choses ? S’il pensait lui faire peur avec telle « menace », il pouvait aller se rhabiller. S’il pensait lui faire peur tout court...

« Et je peux savoir qui tu es ? T’es de Rédemption au moins ? »

Le pauvre, il était bien temps pour lui de poser la question ! Elle aurait pu l’écraser comme un insecte entre temps, et il n’aurait rien vu venir. Mais bon, mieux vaut tard que jamais, n’est-ce pas ? Il n’empêche que... Que rien. S’il était ici, c’était qu’il avait des pouvoirs, n’importe lesquels, mais de quoi se défendre. Non ?

« Je suis Joanna et, oui, je suis de Rédemption. Je suis arrivée il y a peu. »

Pour enquêter sur vous tous, acheva-t-elle mentalement. Quelle menteuse faisait-elle... S’il savait ! Oh, s’il savait. Bon, après, s’il était télépathe, elle était foutue... S’il ne l’était pas, hé bien, il avait le choix entre accepter docilement ses propos ou s’en méfier. Et puis, ce n’était pas comme si elle mentait : elle s’appelait Joanna, elle vivait bien à Rédemption, et elle était effectivement arrivée il y a peu. Il n’y avait pas de raison de douter de ces quelques choses, à moins d’être vraiment quelqu’un de perspicace, craintif ou soupçonneux.
Elle osa se rapprocher de lui, d’un pas, puis d’un autre, pour ensuite ne plus bouger, jugeant être à distance respectable. S’il lui bondissait dessus, d’accord, elle avait un peu moins de chance pour s’écarter, mais loin étaient désormais cette appréhension.
Toujours à distance, elle se pencha légèrement en avant. Si elle avait été plus près de lui, ça aurait été comme si elle lui murmurait à l’oreille. Et sur un ton de confidence, revenant à ce qu’il avait dit un peu plus tôt, concernant les rumeurs, elle déclara :

« Et je n’ai pas peur du grand méchant loup... »

Au moins, comme ça, elle passait plus pour une élève de Rédemption super-courageuse voire super-stupide, et non comme la méchante qui vous fixe depuis qu’elle vous a aperçu.
Car oui, elle fixait toujours. Elle n’en pouvait rien ; une mauvaise habitude prise. Pour assurer sa supériorité. Oubliant même parfois que les personnes pouvaient se braquer, ou s’en énerver... Après tout, ce n’était pas comme si elle avait toujours le contrôle sur son corps : aux dernières nouvelles, elle était humaine, non un robot.
Mais il ne fallait pas qu’il se braque, lui. Il ne fallait pas que quelqu’un se braque, que ce soit n’importe qui. Ainsi se mit-elle à sourire, un air et un ton joyeux, faisant soudainement et faussement partie du camp de l’inconnu.

« Sinon, tu es... ? »

• • • • • • • • • • • • • • • • •


There will be a few times in your life when all your instincts will tell you to do something, something that defies logic, upsets your plans, and may seem crazy to others. When that happens, you do it. Listen to your instincts and ignore everything else. Ignore logic, ignore the odds, ignore the complications, and just go for it - FIRE AND BLOOD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞
MessageSujet: Re: All they told me was just give up.. • ft. Joanna

Revenir en haut Aller en bas

All they told me was just give up.. • ft. Joanna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: