Arrêtez tout ce que vous êtes en train de faire : Rédemption va déménager d'ici peu. Plus d'infos ?

Partagez|

Josh Newman. Ni plus, ni moins.[Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
❝ Invité ❞
Invitéavatar
MessageSujet: Josh Newman. Ni plus, ni moins.[Terminé] Mar 26 Juin - 0:04




    Josh Newman

    « »
    Personnalité : Tobias Sammet
    • Nom : Newman
    • Prénom : Josh
    • Sexe : [ ] - [x ]
    • Âge : 25 ans
    • Pays, ville natale : Londre, Royaume Uni.
    • Pouvoir(s) : Pas vraiment de la séduction... Quoiqu'il fasse, Josh attire inévitablement la pitié de son prochain.
    • Connaissance de son pouvoir : [ ] OUI - [x ] NON
    • Classe/Groupe :Killer of Shadow
    • Liens déjà existants :
    • Qualités : Patient, cultivé, connait ses capacités.
    • Défauts :Egoiste, individualiste, instable.
    • Signe(s) particulier(s) : Ne se sépare jamais de son revolver.


Tell me what's going on in your mind...
________________________________

- Psychologie -

Un homme au brushing impeccable, un micro a la main annonce, assez haut pour que tous le monde l'entende:

"Bon...tout le monde est prêt ? Assurez vous d'avoir bien suivi les consignes, c'est un esprit que nous visitons, pas une banale attraction touristique. Et je tiens a vous rappelez que ce qui pourrait vous arriver ne nous regarde en aucun cas. C'est marqué dans la décharge que vous avez signé. Des questions ?"

Un homme dans l'assemblée leva timidement la main

"Pas de question, c'est parti !"

L'homme se retourna et se mit a marcher. La foule le suivit docilement.

"Comme je vous l'ai dit l'esprit que nous visitons est assez peu conventionnel. Nous somme actuellement encore en surface dans la partie "forte". Elle laisse parfois place à une autre facette plus faible, mais nous y reviendrons un peu plus tard si vous voulez bien. Dans cette zone ci on peut voir de nombreuses images de violences et de domination, certaines a caractère sexuel, au gré de l'imaginaire de notre sujet. En l’occurrence on peut remarquer des scènes de tabassages a la batte de base-ball et de meurtres a l'arme a feu ou au couteau, ce qui nous permet de conclure qu'il appartenait on monde du crime et de la rue. Hm ? Ah non, pour les tenues de cuir ça c'est autre chose. C'est également dans cette partie que l'on peut observer une attitude d’indifférence, voire de dédain envers l'entourage du patient. Plus qu'un sentiment de supériorité c'est une incompréhension remontant a l'enfance qui en est la cause."

L'homme marqua une pause, les visiteurs en profitèrent pour prendre des photos et converser sur le spectacle s'offrant a eux. Après un moment le guide se racla la gorge.

"Nous pouvons continuer si vous le voulez bien ?"

En un instant les appareils photos furent rangés et les lèvres closes.

"Bien. Avant de nous avancer plus profondément dans cet esprit, j'aimerais vous faire visiter la section des goûts et du jugement"

Le groupe traversa un couloir pour déboucher sur une salle. Un aspect notable était ses deux cotés bien distincts. A gauche la salle était éclairé et paraissait agréable a l'oeil, alors qu'a droite la salle était mal éclairée, et plutôt lugubre.

"Ici on peut observer tout les goûts du patients. A votre gauche, ce qu'il apprécie, à droite ce qui, au contraire, le répugne. De nombreux éléments sont prévisibles après avoir vu la salle précédente. Notre sujet est porté sur l'activité sexuelle, avec despartenaires qu'on pourrait juger de vulgaire. Il méprise, voire déteste de nombreuses personnes alors que très peu de personnes...personne en fait n'a son amour et son estime. J'attire votre attention sur d'autres éléments, plus inattendus. Par exemple cette section, consacré a la musique. Le rap y côtoie le classique et le rock. Des classiques de la littérature sont aussi présent, la encore c'est assez surprenant. Et pour finir, vous pouvez voir qu'une grande partie du mur de gauche est consacré a la cuisine. Probablement une passion inavouée. Je vous laisse prendre des photos avant de poursuivre."

Et le rituel recommença, la salle s'emplit de flashs frénétiques. Et au fur et a mesure que le besoin d'images des visiteurs était satisfait le nombre de ces flashs diminuait. Au bout d'un moment le guide se racla de nouveau la gorge.

"Mesdames et messieurs, je suis désolé, mais le temps joue contre nous. Pressons si vous le voulez bien."

Et la visite continua. Une fois un couloir supplémentaire traversé le groupe déboucha sur une nouvelle salle.

"Nous voici dans la zone que j'ai mentionné un peu plus tôt. La partie "faible". En tout logique elle prend moins souvent le dessus que la partie forte. Bien que globalement morose, lorsque cette partie prend le dessus le sujet devient un peu plus optimiste, notamment en ce qui concerne son entourage. Il est moins violent, plus diplomate, et plus réfléchi. Cela se voit très clairement sur les images que vous pouvez observer. Plus calmes, des images de discussions, des images sexuelles aussi mais moins brutales, avec des partenaires moins vulgaires. En somme c'est l'exact opposé du secteur que nous avons visité plus tôt."

Le guide se tût et, comme par réflexe les visiteurs brandirent leurs appareils photos. a nouveau, la salle s'illumina sous les flashs. Le guide attendit a nouveau, avec un peu moins de patience que la fois précedente. Une fois la furie photographique calmée il tapa dans ses mains.

"Mesdames et messieurs, un peu de calme, nous allons continuer la visite."
What you see when you look in the mirror ?
________________________________

- Physique -

Le groupe déboucha dans une nouvelle salle. Plus petite. L'on n"y voyait qu'une image, celle d'un homme. Le guide prit la parole face aux visiteurs interloqués.

"Nous voici dans la salle dédiée a la vision que le sujet a de lui même. Ce cas précis est intéressant car la vision qu'a le sujet de lui même est excessivement proche de la réalité. Le sujet n'est ni trop confiant ni trop peu sûr de lui. C'est extremement rare."

Et tous les visiteurs se mirent a observer l'image devant leurs yeux. C'était un homme. Assez grand, de faible carrure, mais musclé. Assez beau, mais étrange. Les traits de son visage étaient bien agencés et son teint de porcelaine, ses cheveux étaient a certains endroits blonds, a d'autres chatains, le tout était assez beau, mais ses vetemens étaient déstabilisants. Ils semblaient sortis d'une autre époque. Il était entièrement vétu de noir. Une chemise noire, une veste noire, un pantalon noire, et des bottes de cuir noir. La seule exception était son chapeau. Blanc a carreau, qui donnait une impression d'étrangeté au tout. Et puis son regard. Il semblait tantôt indifférent, tantôt méprisant. Sans vraiment qu'on puisse définir quoi ses yeux semblaient...carnassiers. Malgré son air blasé, sa cigarette, et ses mains dans les poches, on pouvait déceler dans ses yeux marrons, presque ébène, une haine, profonde et intense. Plus de photos que d'habitude furent prise.

"Bien. Mesdames et messieurs, il est désormais temps de conclure par une ultime salle. La mémoire. Vous entendrez un résumé de la vie du sujet. Selon ses souvenirs du moins. Vous êtes invité a prendre des notes."



The past influences the present, who are you ?
________________________________

- Histoire -
Après un autre couloir, les visiteurs arrivèrent dans une pièce. Un grand nombre de chaises étaient disposées en son centre. Les visiteurs s'assirent et le guide les rejoint. Après quelques secondes une voix se fit entendre.

"Mes derniers souvenirs remontent a mes 5 ou 6 ans je crois. Je n'ai aucun souvenir concernant mon père. Ma mère ne m'a jamais vraiment parlé de lui, mais je suis sûr que c'était un simple ivrogne, et que ma mère était une simple serveuse. Je suis aussi sûr qu'il a oublié de mettre une capote ou qu'elle a oublié de prendre sa pilule et qu'elle n'a pas su se résigner a avorter. Alors je suis né. Comme je n'avais pas de père ma mère a essayé tant bien que mal de m’élever. Tantôt serveuse, tantôt femme de ménage. Et moi, pour compenser l'absence de mon père, je mangeais encore et encore. Les enfants de ma classe me demandait pourquoi je n'avais de papa, et je ne savais pas quoi leur répondre. Et ma mère ne savait pas non plus quoi me répondre. Mais malgré ça j'allais plutôt bien. C'est a l’école primaire qu'on a commencé a se moquer de moi. Josh était devenu "grassouillé", et puis j'avais encore mon ami imaginaire. On me traitait de fou. Alors, je restais seul. Il y avait trois personnes dans ma vie: Judy, ma seule amie, ma mère, et Zilla, l'iguane que mon oncle m'avait offert. Et ça me suffisait. Et puis je suis entré au collège. Judy à déménagé, à partir de ce moment je ne l'ai revu qu'une ou deux fois. Alors pour passer le temps et rendre ma vie un peu moins vide j'ai commencé a dessiner et peindre, et j'ai pratiqué différents arts martiaux, le karaté, l'aïkido, le judo. Et puis la cuisine. Vous allez trouver ça con, mais j'ai toujours adoré cuisiner. Peu a peu j'ai commencé a me persuader que je n'avais pas besoin d'amis, que si jamais quelqu'un se moquait de moi je n 'avais qu'a lui régler son compte. Je n'en eu pas besoin. Peu importe ce que je faisais, peu importe la façon dont j'agissais, on me pardonnait tout. On ne m'accusait jamais de rien. Une fois j'ai frappé un mec dont la tête ne me revenait pas. On m'a dit que c’était normal à mon age de ne pas arriver a contrôler ses émotions. N'importe quel autre gamin se serait pris une bonne gifle. Et même le type que j'ai frappé est venu s'excuser ! Et ça pour tout. Alors j'ai décidé que je n'aurais aucun ami tant que personne ne serait capable de me détester pour ce que j’étais.J'ai aussi profité de mes années collège pour me cultiver, en écoutant de la musique, en lisant, en piquant des revues d'art dans les bureaux tabac. Le collège était également la période des psys. Ma mère était inquiète par rapport au fait que je n'avais aucun ami. Je leur répondait que je m'en fichait, que je me portais bien sans. Il me répondait que c'était pas normal. Je l'envoyais se faire foutre.Ainsi je suis arrivé au lycée. C'était mes premiers amours. Pas des vrais amours. Je t'embrasses, je baise, tu m'oublies. C'était aussi mes débuts dans la délinquance. Des tags, des vols a l'étalage, un peu de deal. J'ai essayé de consommer, mais c’était pas mon truc. J'ai quitté le lycée et ma maison a 16 ans, j'ai emporté de quoi manger, la carte de credit de ma mère, et le vieux revolver de ma mère qu'elle gardait "au cas ou". Je l'ai toujours, on dirait pas mais jsuis un sentimental. pendant un temps j'ai vécu dans un squat. Le sport et le manque de nourriture m'ont rendu svelte. De gros et boutonneux je suis devenu ce que je suis. Physiquement. A 17 ans j'ai du quitter le squat, j'avais aidé a faire passer des armes en échange d'un sacré paquet de pognon. Manque de bol, les types qui m'avaient filé l'argent se sont fait coffrer. Alors j'ai décidé de partir a la campagne pour me faire oublier. J'ai été mis en contact avec des gens du coin qui pouvait me trouver du boulot. Après quelques jobs de routine j'ai été mis sur un gros coup, un braquage a l'ancienne. Bien sur, une fois le pactole encaissé, j'ai appris que j'avais été roulé. Un de mes associés comptait tuer tout les autres les uns aprés autres en finissant pas moi pour avoir tout le pactole pour lui tout seul. Manque de bol, lorsqu'il a braqué le canon sur mon front j'ai senti qu'il éprouvait de la pitié. Encore ce sentiment abject. J'ai pas hésité une seconde, je l'ai désarmé d'un mouvement et je lui ai collé une balle dans la tête. Un meurtre, quoi de mieux pour marquer ses 18 ans ? Bien sur je me suis barré avec le pactole du coté de York. La j'ai pris un petit appartement. Je ne voulais pas prendre de risque. J'y ai vecu jusqu’à mes 25 ans sans soucis. Hélas un jour une ravissante jeune femme me rendit visite...pistolet a la main.

"Tu n'as aucune idée de qui je suis n'est-ce pas ?"

Elle avait raison. D'habitude je n'aimais pas vraiment les inconnus aussi entreprenants. Mais le canon braqué sur moi incitait a la politesse. Alors je levais doucement.

"Il représentait tout pour moi. Et toi tu l'as tué."

On sentait au son de sa voix qu'elle était au bord des larmes. A la façon dont elle tenait son arme on pouvait facilement deviner qu'elle n'avait jamais tenu un flingue entre ses mains.

"Bon d'accord, je l'ai tué, c'est la vie, c'est des choses qui arrivent dans le milieu. Et bien vas-y, tire, abaisse toi a mon niveau."

Mourir ne me dérangeais aucunement. En fait, je songeais a mettre moi même fin a mes jours. Sa pris se raffermit sur l'arme, sa respiration se fit plus forte. Après quelques secondes elle abaissa sa main.

"Je...je ne peux pas...j'en ai envie...pourtant j'en suis incapable...'"

A cet instant précis je sentis la rage monter en moi. Encore une fois, on avait pitié de moi. Encore une fois j'étais un enfant, un innocent. Encore une fois, je ne valais pas la peine que l'on se venge de moi. Je m'approchais de la jeune femme et posai la main sur son épaule. Mon autre main serra la sienne. Elle poussa un gémissement et lâcha son arme. Sans lui accorder d'autre réaction je la plaquai contre le mur et sortit mon revolver que je plaquai sur sa tempe.

"En cet instant précis mon pouvoir sur toi est absolu. Je peux te tuer comme je peux t'embrasser. Je peux t'hair comme je peux t'aimer. Ton petit ami a fait la même erreur que toi. Il a cru qu'il pouvait baisser sa garde face a moi, que je n'étais pas une menace. J'en ai assez. Désormais tout le monde saura que je ne suis pas n'importe qui.

Je tirai. Malgré la situation je gardais ma lucidité, la police serait attiré par le coup de feu. Je n'aurais pas le temps de m'enfuir, je n'avais même pas le permis. Détail insignifiant, mais singulier un cafard était sur le mur à coté de moi. Alors qu'en 7 ans je n'en avais pas vu un seul. Il me donnait l'impression de me regarder, c’était assez dérangeant. Je voulus l’écraser mais il parvint a m’échapper. Lorsque la police fit irruption dans l'appartement ils trouvèrent un cadavre baignant dans son sang ainsi qu'un homme sirotant un whisky.

"Avant de tirer des conclusions hâtives laissez moi vous expliquer, je suis bien moins coupable qu'il n'y parait."

Malgré mes aveux rapides et les circonstances atténuantes obtenues par mon avocat j'étais bon pour la prison ferme. Mais il y eu cette femme. La encore ravissante, cela dit elle paraissait assez...froide. Elle m'a dit qu'elle pouvait m’éviter la prison si jamais je travaillais pour elle. Qu'il y avait des chances pour que je sois spécial. Je me suis dit que j'avais pas vraiment le choix, alors j'ai accepté.



[table border="0" align=center][tr][td]
Behind the screen hides a soul ...
________________________________


Prénom/Pseudo : Tristan
Comment as-tu connu le forum ? : Une simple recherche via forumactif
Expérience de RP : J'ai été sur pas mal de forums, mais je dirais pas que je suis un pro.
Présence : Parfois le soir en semaine, mais plutôt le mercredi et le Week End
Code : Code validé !


Dernière édition par Josh Newman le Dim 15 Juil - 12:22, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar✉ Messages : 99
✉ Fiche : « The Show must go on »
✉ Ft : Tyson Ritter
✉ Classe et/ou emploi : Directeur de la Troop of Darkness
✉ RP(s) en cours : 0 / 0
✉ Âge : 28 ans
✉ Pouvoir(s) : Détection des pouvoirs.
Masculin

~ Qui es-tu ?
Relations ::
MessageSujet: Re: Josh Newman. Ni plus, ni moins.[Terminé] Mar 26 Juin - 9:35

Bonjour et bienvenue ♥
Le code est bon, et validé !
Le début de fiche est également très bien, le caractère est bien écrit, j'aime beaucoup !
Bonne continuation pour la fiche ♪

• • • • • • • • • • • • • • • • •

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invitéavatar
MessageSujet: Re: Josh Newman. Ni plus, ni moins.[Terminé] Mer 11 Juil - 3:15

Bon, finalement j'ai recommencé mon perso a zéro. Il n'est pas encore tout à fait terminé, il me reste à conclure et a relire, ne vous étonnez pas si il y a des fautes aberrantes. Voila voila, bonne lecture.
Revenir en haut Aller en bas
avatar✉ Messages : 597
✉ Fiche : La fiche.
Les liens et sujets.
Le journal intime
✉ Ft : Anna Popplewell
✉ Classe et/ou emploi : Maîtresse du dôme.
✉ RP(s) en cours : Deux.
✉ Âge : 18 ans
✉ Pouvoir(s) : Prémonitions en retrait, Télékinésie hyper développée.
Féminin

~ Qui es-tu ?
Relations ::
MessageSujet: Re: Josh Newman. Ni plus, ni moins.[Terminé] Mer 11 Juil - 22:01

Comme on a dit... Ta fiche est super ! (je manque de vocabulaire moi. ÔO)

Cependant, j'attends la présence d'un avatar pour te valider, le problème c'est que ça ne pourra pas être fait avant lundi, suite à ma propre absence et celle de Sacha. A part si un autre admin passe.



EDIT : Pour éviter le Double Post, je viens te dire que je te valide vu que tu as ton avatar à présent. ;D

• • • • • • • • • • • • • • • • •


It's been written in the scars on our hearts
We're not broken just bent
And we can learn to love again.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://redemption.forums-actifs.net
❝ Contenu sponsorisé ❞
MessageSujet: Re: Josh Newman. Ni plus, ni moins.[Terminé]

Revenir en haut Aller en bas

Josh Newman. Ni plus, ni moins.[Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: