Arrêtez tout ce que vous êtes en train de faire : Rédemption va déménager d'ici peu. Plus d'infos ?

Partagez|

« Mardy Bum, a simple drawing or a complex memory ? » | Pv Mardy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
❝ Invité ❞
Invitéavatar
MessageSujet: « Mardy Bum, a simple drawing or a complex memory ? » | Pv Mardy Dim 20 Mai - 14:06



    Mon crayon à papier grattait la feuille, des lignes apparaissaient, formant par la suite des formes. Derrière mon oeil, je scrutais le moindre détail, la moindre poussière. L'image était figée, puis mouvante, enfin je retournais au début de la scène. Décelais le comportement de chaque personnage qui jouent dans ce souvenir. Mais aussi le déplacement de lumière, j'essayais de tout porter sur ma feuille. Je recommençais le processus encore et encore, comme un DVD qu'on met sur replay toutes les deux secondes. Ma main allait et venait, traçant encore et encore. Elle traçait naturellement, guidé par mes pensées. J'étais seul dans un couloir, c'était en même temps une heure de cours. Ou la plainte de certains professeurs ricochais sur les murs de cette École. Mon dessin ? C'était un couloir, remplis d'élève, c'était une fin de journée, la dernière heure. Où tout le monde se bousculait pour rejoindre le réfectoire. Ma mémoire ne me faisait jamais défaut, elle analysait, classait, triait par ordre d'importance. Je suis une sorte de base de donnéeS ou un moteur de recherche, il suffit d'avoir un mot pour qu'une recherche de souvenir aboutisse. Je me rappelais même ma propre naissance, la lumière éclatante me brûlant les yeux et l'air dépité de mes parents quand ils ont su que mon jumeau n'avait pas survécu. Enfin ce n'est que mon passé.

    J'étais adossé contre un mur, une jambe près de mon torse pour soutenir mon calepin et l'autre allongée au bord d'une marche. J'étais sur l'escalier du troisième étage, un escalier peu fréquenté où lors de mes cours d'histoire que je séchais, je restais ici à dessiner encore et toujours. Je dessinais ce que les autres ignoraient, ce que les autres trouvaient peu intéressant. Comme une jeune fille discrète qui révise toujours dans le même coin, le soleil a 19:30 en automne est pile à la bonne hauteur pour embellir tout l'établissement. En fin de compte, ma mémoire a joué sur ma vision du monde, plus j'ai d'images qui s'imprègnent, plus mon sens d'observation s'aiguise. C'est drôle, j'ai entendu des tas de gens se lamenter de leur pouvoir, comme quoi il n'était pas normal, que c'était des monstre. L'un voyait dans l'avenir, l'autre était télépathe. Des pouvoirs classiques sans danger et ils se plaignaient encore et encore ne finissant plus et s'empoisonnant la vie. A Rédemption il existe deux types de personnes, ceux qui ont peur de leur pouvoir et dénonce sa dangerosité se croyant incapable de le contenir et les autres. Ceux qui ont accepté leur part d'eux-même, ceux qui avouent avoir grandis grâce à leur pouvoir. Le plus drôle dans l'histoire, c'est que la deuxième catégorie renferme les pouvoirs les plus impressionnant et dangereux

    Je continuais de griffonner, ne faisant aucune erreur, ne gommant jamais. Le dessin était un moyen de me calmer, de réfléchir. Le dessin m'a donné une nouvelle identité, un nouveau moi : Starlight. Je dessine grâce à ma mémoire quasi infaillible, je dis quasiment car, les rêves sont les seuls choses dont j'ai du mal à me rappeler, sans doute parce que je ne veux pas les revoirs. Enfin.... je suis compliqué même pour moi. J'élevais doucement la voix : (here) « Far away, this ship is taking me far away, far away from the memories of the people who care if I live or die. Starlight, I will be chasing the starlight. Until the end of my life, I don't know if it's worth it anymore. Hold you in my arms Ijust wanted to hold. You in my ar... ».

    Je levais les yeux, une jeune fille était postée devant la descente d'escalier. Cheveux blonds détachées, une bouche sensuelle qui en fait fantasmer plus d'un. Ses yeux bleu ciel rivalisaient avec les miens, bleus marins, assez obscure. Mon sourire dévoila une rangée de dents blanches : « Mardy Bum, 17 ans. Plus petite étant très capricieuse, mais je dois dire assez maligne pour son âge qui attirait tous les garçons comme des chiens obéissants au doigt et à l'oeil. Vivant dans luxe, qui dans son école a fait beaucoup de bruit car, trop « étrange », enfin je dirais trop intéressante pour les autres gamins qui se battaient avec des barbies. », je marquais une légère pause, mon sourire était toujours présent. Mais j'en savais plus sur elle, un incendie avait touché étrangement son appartement, elle doit avoir un rapport avec de la pyrokinésie. L'incendie c'était sûrement d'elle, pourquoi aurait-elle survécu ? « Et d'ailleurs, j'ai l'impression que tu me fuis... », j'avais essayé plusieurs fois de lui parler, sans retour. Je plissais légèrement des yeux avant de rire tout seul -oui je peux rire pour un rien ça m'arrive...-

    Je refermais mon calepin rangeant la scène que j'avais dans le crâne dans sa petite boite « à terminer » -certain range leur chambre, bah moi, je range mon cerveau... parce que c'est le bordel... comme vos chambres héhé !-. Je me rappelle, du comportement que j'avais étant plus jeune, j'étais espiègle, narcissique, bagarreur, idiot... oui j'ai mis du temps à comprendre que la chenille n'était pas un pokémon car elle évoluait en papillon. J'étais un grand naïf, puis je reposais le regard sur Mardy. Elle devait connaître mon vrai nom, je ne voulais pas qu'elle le prononce, pas ici. Mais elle devait connaître mon surnom, très connu à Redemption vu son originalité. Personne ne savait pourquoi, personne ne savait : « Starlight, c'est Starlight... s'il te plaît. ». Je continuais de sourire, un peu moins d'accord, mais je souriais quand même ! Elle était partie trop tôt de notre quartier pour savoir ce qui est arrivé à mes parents, au final nous avions un passé presque similaire. Un caractère différent, mais nous partions du même point.

    Personne ne savait mon vrai pouvoir, même pas elle, elle n'aurait eu aucun indice de part ce qu'elle sait sur moi. Mon surnom restait un mystère pour tous, ils savaient néanmoins que j'avais une mémoire décuplée, une mémoire éternelle. Ils ne savaient pas qu'ils étaient à côté d'une bombe, ils ne savaient pas que mon pouvoir similaire à celui d'une étoile, non... ils ne savaient absolument rien.


Dernière édition par S. Starlight Blackburn le Mar 22 Mai - 22:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mardy Bum
avatar✉ Messages : 497
✉ Fiche : ♥️ | L'érudite Mardy Bum
Journal de bord ♥️

Liens ♪ | When time is hard

Récapitulatif des RP | Well now then Mardy Bum

✉ Ft : Georgia May Jagger
✉ Classe et/ou emploi : Première - Main de la Nox Arcana
✉ RP(s) en cours : 4/7
✉ Âge : 17 ans | 1993
✉ Pouvoir(s) : contrôle la chaleur des choses inertes et vivante au toucher. Ne possède aucune température corporelle - peut la moduler à souhait.
Féminin

~ Qui es-tu ?
Relations ::
MessageSujet: Re: « Mardy Bum, a simple drawing or a complex memory ? » | Pv Mardy Dim 20 Mai - 21:44

Mardy se retrouvait une fois de plus à arpenter le lycée au lieu d’aller en cours. Elle se retrouvait dans l’une des sorties de secours du troisième étage à regarder le ciel gris de la fenêtre. Elle entendit une porte s’ouvrir, sans doute un professeur qui devait sortir de sa chambre pour rejoindre les salles aux étages inférieurs. « Que faites-vous là ? » demanda le professeur à la jeune blonde qui se retourna pour le saluer poliment : « J’étais sur le point de descendre, monsieur. » Son air hypocrite marchait toujours avec les professeurs ; ils ne posaient pas de questions. Le plus souvent ils haussaient les épaules poliment. Elle se dirigea vers les escaliers, doucement, l’air blasé. Son jean noir moulant laissait nettement apparaitre un briquet bic dans sa poche avant. Son t-shirt bouffant blanc, légèrement transparent épousait les formes de ses épaules. Si ce n’est ses éternelles doc martens, mardy était habillé normalement aujourd’hui. Bien entendu, les élèves faisaient des remarques sur ses bras nus et sur sa tenue légère tandis que l’hiver venait caresser votre chair jusqu’à entrer dans votre corps pour percer l’os – quelle magnifique personnification du froid – mais les remarques, elle n’en avait pas grand-chose à faire. Elle descendit les 3 premières marches le regard dans le vide avant de s’arrêter net. Elle regarda le garçon qui l’avait lui déjà remarquer et ne semblait pas surpris de la voir. Elle ne bougeait plus, se souvenant de la première fois où elle l’avait croisé à Redemption.

Elle lui était rentré dedans par erreur et c’est en s’excusant qu’elle avait pu apercevoir les formes familières de ce visage. Elle se souvenait vaguement d’un gamin aimant jouer aux jeux de cartes stupides lorsqu’elle était enfant. Ils avaient aussi été en primaire ensemble, bien qu’il soit toujours dans une classe supérieur à elle.

Un frisson lui parcouru le dos. Lui l’avait connu comme personne ne la connaissait excepté sa cousine. Il l’avait connu en famille. Avec des parents, une sœur. Elle savait aussi que chaque choses qu’il voyait, chaque sons qu’il entendait était comme gravé sur du marbre, inscrit dans sa mémoire à vie. C’est pourquoi elle cherchait à l’éviter le plus possible. Pour ne pas devoir affronter son passé et les souvenirs désagréable que le garçon ferait resurgir. « Mardy Bum, 17 ans. Plus petite étant très capricieuse, mais je dois dire assez maligne pour son âge qui attirait tous les garçons comme des chiens obéissants au doigt et à l'oeil. Vivant dans luxe, qui dans son école a fait beaucoup de bruit car, trop « étrange », enfin je dirais trop intéressante pour les autres gamins qui se battaient avec des barbies. »
Elle ne bougea pas, adoptant un visage neutre. Voilà. Encore une fois, il venait de lui montrer à quel point elle avait eu raison de l’éviter.

Elle avait demandé à des amies qui il était au juste, histoire de se renseigner. C’était un nouveau prénommé Starlight. Alors comme ça, monsieur s’était trouvé un pseudonyme ? Elles connaissaient aussi la nature de son pouvoir. « Il a une mémoire puissante. Il n’oublie rien ». Rien. Pourquoi ? Pourquoi est-ce qu’à chaque fois qu’elle arrivait un peu plus à fuir son passé, il la rattrapait ?

Il s’était approcher d’elle dans le but de lui parler plusieurs fois mais elle s’était toujours arrangé pour ne jamais avoir à le croiser. Dès qu’elle le voyait, elle partait, n’importe où mais ailleurs.


Il lui sourit et rangea le dessin qu’il était en train de dessiner avant qu’elle vienne l’interrompre. « Et d'ailleurs, j'ai l'impression que tu me fuis... » Il semblait perspicace. Tant mieux. Elle pencha légèrement la tête : c’est vrai qu’il avait changé, physiquement parlant j’entends. Elle ne s’attendait pas à ce qu’il soit le même qu’en maternel mais il y avait quand même une ressemblance. Mardy fini par lui rendre son sourire, laissant apparaitre ses dents de la chance. Mais le garçon sembla soudainement troublé : « Starlight, c'est Starlight... s'il te plaît. » Alors lui aussi avait des choses à cacher ? Son prénom par exemple. Il n’était pas tant différent que ça finalement. Elle avait un passé à enterrer, lui des raisons d’oublier certaines parties de sa vie tel que la façon de le nommer.
Elle lui sourit, sincèrement cette fois, et s’assit deux marches plus bas que lui. Il voulait avoir un souvenir inoubliable de la ‘capricieuse, maligne, attirant les garçons’ ? Et bien il allait l’avoir. Le fait qu’elle sache une chose, même minime, que lui ne voulait pas faire connaitre la rassurait plus que tout. « Il ne faut pas se fier au rumeurs Starlight, le luxe ne faisait pas partie de mon enfance ». Elle le regarda dans les yeux, des yeux clairs qui contrastaient assez joliment avec la couleur de ses cheveux. Elle pointa le carnet à dessin du doigt d’un geste nonchalant « Si tu aimes dessiner, tu devrais t’inscrire au club de dessin de Mlle Marvin. Il n’est pas génial mais on a une salle à disposition pour dessiner plutôt que des escaliers. »

Elle posa sa tête contre le mur. De toute façon, il fallait bien affronter son passé. Et puis elle en avait l’habitude dans ce foutu internat. Pas une seule fois elle n’a pu arrêter d’y penser. Chaque choses qui semblent être des coïncidences se rapporte à son passé et éviter Starlight n’allait pas arrêter la roue infernal du destin, aussi peu fiable était le destin. Elle ferma les yeux deux minutes et murmura « J’aurais aimé te présenter à toi-même mais ma mémoire n’est pas assez fiable, j’en suis désolé, tu vas devoir te présenter seul. »


• • • • • • • • • • • • • • • • •







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invitéavatar
MessageSujet: Re: « Mardy Bum, a simple drawing or a complex memory ? » | Pv Mardy Lun 21 Mai - 0:34



    Elle semblait blessé par ma présence, tendue, oppressée. J'eus un léger remord qui se glissa dans ma gorge, redoutant de lui avoir en fin de compte parler. Elle n'avait pourtant rien à craindre de moi, enfin, elle voulait cacher des choses. Elle avait peur que je sache. La douce peur de savoir qui est l'autre, de savoir qu'il peut nous briser avec seulement une pression dans la paume. Cette peur attisée en moi un feu de désir, les gens ayant peurs sont les gens les plus instables. Et donc les plus dangereux. Instable ? Je le suis sans doute, parfois j'ai des accès de schizophrénie avec quelques folies et surtout des délires. Je suis un hippie, mais ma drogue c'est les autres... phrase de violeur ? Comment ça ? Nan mais, oh ! Enfin, je suis complexe et à la fois simple. Ma simplicité est complexe, vous arrivez à suivre ou vous avez besoin d'un dessin ? Elle s'installa néanmoins près de moi, ce qui me rassura un peu. Je la trouvais pensive... pas comme moi, je fonçais tête baissée et je me disais après si j'avais crevé ou pas. Je ne suis pas du genre à me tourmenter de questions, non. « Il ne faut pas se fier aux rumeurs Starlight, le luxe ne faisait pas partie de mon enfance » , elle me regarda dans les yeux. Un sourire arrogant se forma sur mes lèvres quand elle accentua mon prénom, elle comprenait vite la petite ! Les rumeurs, une chose parfois fondée, parfois non. C'est drôle qu'elle me dise ça, tout en rejoignant mon regard. Oh oui, ce doux regard. Regard incertain, les yeux sont un moyen de lire dans les pensées.

    « Si tu aimes dessiner, tu devrais t'inscrire au club de dessin de Mlle Marvin. Il n'est pas génial, mais on a une salle à disposition pour dessiner plutôt que des escaliers. », je riais légèrement avant d'arrêter : « Tu parles, Mlle Marvin, mal-odorante, antipathique, critiquant mon style trop réaliste. Enfin je pense plutôt qu'elle est dans l'abstrait parce qu'elle n'est même pas capable de dessiner un écureuil. Non, je préfère mes bons vieux escaliers où là au moins je ne serais pas rabaissé en tant qu'élève. ». Je tournais une nouvelle fois la tête vers elle, finalement, elle n'avait pas changé depuis la maternelle. Toujours aussi séduisante avec ses cheveux blonds ondulants. Elle posa sa tête et ferma les yeux... c'est mauvais signe tout ça... « J'aurais aimé te présenter à toi-même, mais ma mémoire n'est pas assez fiable, j'en suis désolé, tu vas devoir te présenter seul. » , je le savais ! Elle était collée sur le fait que je suis son passé. La nostalgie est une chose pour les vieux, une chose qu'on pense à 99 ans sur son lit de mort. La nostalgie est un poison qui s'infiltre dans notre sang et qui nous nargue. « Starlight, 18 ans . Étant autrefois narcissique, égoïste, lunatique et surtout bagarreur... enfin le petit fils de riche quoi. Il essayait de tirer les cheveux des filles, il insultait sa maîtresse et il ne savait pas ce que voulait dire l'expression 'avoir tort'... il ne le sait toujours pas d'ailleurs ! », je ricanais une nouvelle fois. Je cherchais à la divertir, en espèrant qu'elle soit pas coincé. Dans cette description, ce n'était par moi, c'était lui. « Le monde était trop étrange pour qu'il s'intéresse à lui. », j'étais en fin de compte l'opposé de Mardy. Fonceur... laissant l'intelligence au second plan.

    Je ne voulais pas faire parti de son passé, ce n'était de toute façon pas moi. Lui, il était parti. Je vivais dans le présent pas dans le passé. Enfin, à quoi ça sert de faire tout ça ? Pour vous prouver que je suis différent ? Sans doute... je vous l'ai dit, ma simplicité est complexe. « Ah, oui, j'ai une mémoire hors du commun. Enfin je présume que tu le sais déjà. Les autres volent, ils contrôlent le feu, ils créaient, manipule... et moi finalement je retiens. Tout monde est si complexe ici, ils se gâchent la vie à fuir leur pouvoir... enfin peut être que je ne sais pas ce que ça fait... d'avoir un pouvoir qui peut mettre en danger des gens. » Bien lancé Star' ! Comme ça elle ne se doutera pas que ton second pouvoir c'est d'exploser se rapprochant d'Hiroshima. En même temps dire qu'on est radioactif n'est pas vraiment conseillé, donc je pardonne à moi-même ! -Quand je vous disais que j'étais parfois schizo' !-

    Je pris mon sac pour ranger mon calepin à l'intérieur avant de le fermer dans un zip très indiscret. « Donc... d'après ce que j'ai compris tu es au club de dessin... donc tu dessines... j'espère pour toi sinon je t'annonce que tu es malheureusement plus illogique que moi ! Et ce n'est pas forcément un compliment ! ». Je deviens lourd, nan ? Je commence à me saouler moi-même tellement que ce que je dis c'est nul. Booouh remboursé ! Au fond j'avais de l'affection pour elle, je trouvais en elle une part de lui... -et c'est repartit pour la schizophrénie !-, une des rares bonnes parts -comme les pizzas ! - que j'ai abandonné pour Starlight. Starlight, quel joli nom, non ? Vous voulez que je remette la musique ? Allez ! Pour le fun ! (here!) Parce qu'elle est awesome, je continue, en musique !

    Je finis par la fixer baissant la tête et relevant les yeux pour analyser chaque trait, ils avaient changé. Sauf ses yeux, ses yeux auxquelles je n'avais jamais prêté attention. Son regard pouvait tuer un chameau de plein fouet ! -désolé je n'ai pas plus romantique...-, ils mêlaient les cieux à la Terre, il manquait sans doute une touche d'eau pour que ce soit parfait. Mais son regard clairvoyant accélérait légèrement les battements de mon coeur. Non... pas ça Light... tout, mais pas ça ! Je secouais la tête, un sourire reprenant mes lèvres. Je replaçais une de mes mèches gênantes derrière mon oreille.
Revenir en haut Aller en bas
Mardy Bum
avatar✉ Messages : 497
✉ Fiche : ♥️ | L'érudite Mardy Bum
Journal de bord ♥️

Liens ♪ | When time is hard

Récapitulatif des RP | Well now then Mardy Bum

✉ Ft : Georgia May Jagger
✉ Classe et/ou emploi : Première - Main de la Nox Arcana
✉ RP(s) en cours : 4/7
✉ Âge : 17 ans | 1993
✉ Pouvoir(s) : contrôle la chaleur des choses inertes et vivante au toucher. Ne possède aucune température corporelle - peut la moduler à souhait.
Féminin

~ Qui es-tu ?
Relations ::
MessageSujet: Re: « Mardy Bum, a simple drawing or a complex memory ? » | Pv Mardy Lun 21 Mai - 15:05

Lorsqu'il se présentait, on aurait dit qu'il décrivait quelqu'un d'autre. Quelqu'un qu'il aurait autrefois connu mais qui n'était plus là. Mardy fut intrigué par cette façon qu'il avait de s'effacer. Lui se souvenait peut-être d'elle dans les moindres détails mais elle n'avait que de vagues images de lui. Ils n'étaient pas très proches. Personne n'était proche avec Mardy à cette époque. Les élèves, aussi jeunes soient-ils, s'occupait déjà de leur réputation et passer du temps avec cette fille étrange aux cheveux clairs et aux répliques compliqués était mettre en danger l'image de soi. Et n'était-ce pas ça qui importait la majorité finalement? L'image que les gens ont de nous. « Ah, oui, j'ai une mémoire hors du commun. Enfin je présume que tu le sais déjà. Les autres volent, ils contrôlent le feu, ils créaient, manipule... et moi finalement je retiens. Tout monde est si complexe ici, ils se gâchent la vie à fuir leur pouvoir... enfin peut être que je ne sais pas ce que ça fait... d'avoir un pouvoir qui peut mettre en danger des gens. » Mardy sourit involontairement. Il parlait beaucoup. Il parlait trop. Il faisait presque naïf, c'était attendrissant. Elle ouvrit les yeux et regarda son interlocuteur. Il avait les cheveux bruns, les yeux rivé sur elle. Sa barbe de trois jours lui donnait un air adulte, un peu viril mais il cela ne le rendait que plus séduisant. Pour autant, elle n'était pas attiré par lui. Ce pouvoir qu'il renfermait en lui était assez terrifiant en un sens... Savoir que si elle faisait une erreur, si elle montrait un signe de faiblesse, un signe, il le verrait et pourrait revoir ce moment car il serait gravé dans son esprit. Malgré cela, elle ne le fuyait plus. Elle n'avait pas peur de lui ni de son pouvoir, seulement de son passé dont il se souvenait si bien. Il n'avait pas l'air encore décidé à lui en parler et s'il comprenait que ce sujet était tabou, alors Mardy n'avait aucunes raison de le fuir. « Enchanté »

Il rangea sa pochette à dessin dans son sac. « Donc... d'après ce que j'ai compris tu es au club de dessin... donc tu dessines... j'espère pour toi sinon je t'annonce que tu es malheureusement plus illogique que moi ! Et ce n'est pas forcément un compliment ! » Elle sourit, décidément, il était drôle. Et à l'aise. Tant mieux, ça en faisait un sur les deux. Il la scruta et son regard pesait sur elle mais elle ne flancha pas, affichant un grand sourire. Elle sorti son briquet en plastique et le regarda comme fasciné par ce morceau d'essence ridiculement petit. « Tu sais, je ne penses pas que les pouvoirs sont dangereux comme tu dis. Seul son possesseur l'est. Ce briquet par exemple, dans les mains d'une personne saine d'esprit est inoffensif... » Elle alluma le briquet « Mais une personne qui à peur du feu. Cette personne risque de mal l'utiliser, de le faire tomber, de provoquer un incendie involontaire. Là, le briquet devient un objet dangereux. Je ne parle même pas des pyromane. » Le briquet toussota, gémit un instant puis rendit l'âme. Il n'y avait jamais assez d'essence dans ces choses là. Elle eut un sourire désolé avant de le ranger « Avant j'avais un Zippo. C'était plus pratique mais il à été détruit. Mon pouvoir, je le contrôle comme une flamme. Je sais l'éteindre, l'allumer, l'agrandir, le rapetisser. Je n'ai pas peur de lui. Toi non plus tu n'as pas peur de ton pouvoir, tant mieux. Pourtant ton pouvoir est bien plus dangereux que n'importe qui. Bien plus fatiguant. Toi ta flamme ne s'éteint jamais. Elle reste allumé, constante, sans changer. » Elle rigola. Oublier était nécessaire pour elle. Si elle n'oubliait pas ce qui s'était passé dans sa vie jusqu'à la disparition de Matt- Si elle n'oubliait pas la disparition de Matt, elle vivrait dans une déprime la plus totale. Un néant. Si elle ne pouvait oublier les visages, les sons, les odeurs, les sentiments. Elle fût prise d'une soudaine compassion pour Starlight. Mais lui n'avait pas l'air de se rendre compte à quel point son pouvoir pouvait le mettre en danger. Alors elle se taisait.

« Oui je dessine. Je ne dessines pas d'écureuils, je serais même incapable de trouver une spécialité dans mes dessins. Je dessine et si ça me plait, je garde. Rien de plus. Tu dessines quoi à part des animaux toi? » Elle avait dit ça sur le ton de l'humour, à vrai dire c'était seulement pour parler d'autre chose. Finalement le dessin n'était pas bien intéressant, juste une façon de s'exprimer comme les autres. Elle regarda encore une fois Starlight. Finalement, elle n'avait peut-être pas perdu sa journée, le rencontrer promettait au moins d'être amusant.

• • • • • • • • • • • • • • • • •







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invitéavatar
MessageSujet: Re: « Mardy Bum, a simple drawing or a complex memory ? » | Pv Mardy Lun 21 Mai - 16:55



    Elle était attentive, mon but de la divertir avait sûrement fonctionné. Au moins elle ne me fuyait pas, elle semblait même rire de ma maladresse forcée. Je finis par me prendre d'affection pour elle, elle semblait perdue et tourmentée. Chaque souvenirs que j'avais d'elle tournaient en boucle dans ma tête. Elle avait l'habitude d'être rejeté, sans doute à cause de l'apparition trop tôt de son pouvoir. Le miens a apparus vers mes quatorze ans, un peu plus sans doute. Un an plus tard, j'avais calciné mes parents et aujourd'hui je savais comment le faire fonctionner et comment le contrôler. « Tu sais, je ne pense pas que les pouvoirs sont dangereux comme tu dis. Seul son possesseur l'est. Ce briquet par exemple, dans les mains d'une personne saine d'esprit est inoffensif... » , elle n'avait pas tort. Mais pas tout à fait raison. Les pertes de contrôle peuvent être dévastatrice. Ça ne m'ait jamais arrivé, non, la mort de mes parents étaient une haine passée, pas un défaut dans le maintien de mon énergie nucléaire. Elle actionna le briquet et une flamme apparut. Elle dansait devant mes yeux, je pouvais ressentir sa chaleur, cette chaleur qui lèche ma peau. Je ne peux pas me brûler, non, la chaleur je peux seulement légèrement la ressentir. Grâce à sans doute cette radioactivité qui interagit sur mes organes. Je pouvais sentir une énergie ressortir de cette flamme, une énergie dûe au gaz. Elle m'était familière... « Mais une personne qui a peur du feu. Cette personne risque de mal l'utiliser, de le faire tomber, de provoquer un incendie involontaire. Là, le briquet devient un objet dangereux. Je ne parle même pas des pyromanes. » j'hochais doucement de la tête comprenant où elle voulait en venir. Les plus dangereux sont ceux qui ont peur, la peur peut nous faire faire n'importe quoi. Finalement, je n'appartenais pas à cette catégorie, je n'étais sans doute pas dangereux dans l'immédiat.

    La flamme s'estompa d'un seul coup, je restais silencieux l'écoutant attentivement. J'avais laissé de côté le Starlight bavard, elle commençait à confier sa philosophie. Elle était différente de la mienne, mais pas si éloigné. « Avant j'avais un Zippo. C'était plus pratique mais il a été détruit. Mon pouvoir, je le contrôle comme une flamme. Je sais l'éteindre, l'allumer, l'agrandir, le rapetisser. Je n'ai pas peur de lui. Toi non plus tu n'as pas peur de ton pouvoir, tant mieux. Pourtant ton pouvoir est bien plus dangereux que n'importe qui. Bien plus fatiguant. Toi ta flamme ne s'éteint jamais. Elle reste allumé, constante, sans changer. » Je fronçais d'un sourcil, mon pouvoir n'était que passif, je pouvais me rappeler... elle voulait sans doute dire qu'à cause de mon don je me rappellerais toujours de mon passé. Mais ce qu'elle ne sait pas c'est que je m'en fiche, mon passé ne me correspond pas et ne me correspondra jamais. Ma mémoire m'aidait, elle me calmait, m'apaisait. J'ignorais les mauvais souvenirs prêtant attention au plus banal. Et je me rendis compte qu'elle m'avait avoué son pouvoir, une sorte de pyrokinésie primaire. Je souris hochant de la tête : « Je savais que tu valais bien mieux que les rumeurs. Mon pouvoir n'est pas un danger, détrompe toi. Il m'a permis de grandir, de changer... en aucun cas il ne sera un fardeau pour moi. Tu dis ça sans doute parce que le fait que j'ai tout en tête peut me causer du tort car je serais constamment plongé dans le passé. Que ce pouvoir ne me sert qu'à me rappeler du plus dure et du plus blessant. Mais j'ai su dépassé le stade de me lamenter, j'ai dépassé les larmes... depuis le début. Alors, ceux qui ont mon pouvoir le maudit sûrement, car c'est comme une malédiction. Moi je la vois comme une toile que je tisse, certains noeuds de départ sont mals fait. Alors je compense en n'en faisant des plus beaux. », je m'étalais sans doute un peu trop. Je n'avais pas peur de parler de moi, c'était plus un moment de partage que de rivalité. « Oui je dessine. Je ne dessine pas d'écureuils, je serais même incapable de trouver une spécialité dans mes dessins. Je dessine et si ça me plait, je garde. Rien de plus. Tu dessines quoi à part des animaux toi? » , je lâchais un bref ricanement en m'affalant sur mon genou dressé.

    « Je dessine ce que les autres ne dessinent pas, des choses barbantes ou ennuyantes pour certain. Mais impératives pour moi. », je passais une main derrière ma nuque : « Roh, tu me déçois, moi qui croyait que tu adorais ces petites bêtes velues ! ». Je lui souris une nouvelle fois penchant la tête : « Au moins tu ne t'abaisses pas à la contrainte des autres, aux envies égoïstes ou narcissiques de certains... des gens comme moi quoi ! ». Je souriais un peu plus dévoilant une large partie de ma mâchoire. Étonnamment je ne lui avais pas posé la question du pourquoi elle était là. Sans doute parce que je savais qu'elle aller me retourner la question... c'était plus par flemmardise que par principe que je ne voulais pas lui faire la morale.

    « Sinon, tu es aide-soignante ici, non ? Je t'ai vu beaucoup de trop de fois là-bas, soit tu es vraiment fragile soit tu dragues l'infirmière... et là je te verrais plus comme la même personne... » je riais -oui je ris beaucoup et alors ?-, je la charriais... elle allait sans doute me dire que oui elle est amoureuse du cadavre qui nous sert d'infirmière. Le contact passer plutôt bien, même si ça avait mal débuté. Elle était plus mature de ce que je pensais, sans doute comme tous mes autres préjugés sur elle. Je finis par poser mon sac à côté de moi pour détendre un peu ma jambe, je calais à nouveau mon dos contre le mur pour fermer les yeux et souffler légèrement puis je continuais à sourire : « Si tu veux, je te rachèterais un Zippo si j'en trouve un, tu pourras jouer la pyromane dans les bois ! »
Revenir en haut Aller en bas
Mardy Bum
avatar✉ Messages : 497
✉ Fiche : ♥️ | L'érudite Mardy Bum
Journal de bord ♥️

Liens ♪ | When time is hard

Récapitulatif des RP | Well now then Mardy Bum

✉ Ft : Georgia May Jagger
✉ Classe et/ou emploi : Première - Main de la Nox Arcana
✉ RP(s) en cours : 4/7
✉ Âge : 17 ans | 1993
✉ Pouvoir(s) : contrôle la chaleur des choses inertes et vivante au toucher. Ne possède aucune température corporelle - peut la moduler à souhait.
Féminin

~ Qui es-tu ?
Relations ::
MessageSujet: Re: « Mardy Bum, a simple drawing or a complex memory ? » | Pv Mardy Lun 21 Mai - 22:38

Mardy sourit. Encore une fois, il parlait beaucoup, mais l’écouter était amusant. Il avait des mimiques assez divertissantes et même si ce qu’il disait était maladroit, ce n’était pas impertinent, au contraire, il avait un avis très intéressant. Sa voix grave raisonnait dans ses oreilles et c’était assez agréable. Elle l’écoutait parler sans trop se rendre compte que c’était avec elle qu’il communiquait. Il passa sa main dans le cou d’un air faussement déçu :« Roh, tu me déçois, moi qui croyait que tu adorais ces petites bêtes velues ! Au moins tu ne t'abaisses pas à la contrainte des autres, aux envies égoïstes ou narcissiques de certains... des gens comme moi quoi ! » Elle rigola doucement à cette phrase si surprenante. Il sourit d’une large bouche –et fit tomber sa proie… *dehors* - qui gêna un peu Mardy. La jeune fille se mordit la lèvre inférieure toujours souriante et se leva sentant soudainement une énergie se répandre dans son corps telle une drogue. Toutes les craintes qu’elle avait pu avoir à propos de Starlight avait complétement disparu. Elle était séduite par l’humour et l’aisance de ce garçon face à cette situation. « Non seulement je ne m’abaisse pas à ce genre de contraintes mais je ne les remarques même plus. Si tu étais égoïste et narcissique, je ne serais pas encore là, je peux l’affirmer. » Elle lui sourit encore une fois et s’adossa debout contre le mur en regardant le plafond, jouant avec la roulette du briquet vide. « Sinon, tu es aide-soignante ici, non ? Je t'ai vu beaucoup de trop de fois là-bas, soit tu es vraiment fragile soit tu dragues l'infirmière... et là je te verrais plus comme la même personne... » Elle se mit à rire encore une fois. Décidément, elle rigolerait pour n’importe lesquelles de ces blagues. Etait-elle de bonne humeur aujourd’hui ? Ce serait bien la première fois depuis la disparition de Matt. « Que faisais-tu à l’infirmerie si souvent si tu as pu me voir «beaucoup trop de fois là-bas » ? Tu cherches aussi à te faire l’infirmière ? Tu as raison, je suis bien aide-soignante. C’est la seule façon de payer ma scolarité puisque… Disons que ça me fait un peu d’argent de poche » Elle perdu son sourire en arrêtant sa phrase même si la dernière tranche était dites sur un ton ironique. Elle s’était tellement perdue dans ses rires qu’elle avait oubliés à qui elle parlait. De quoi elle parlait. Evoquer la mort de ses parents n’était pas une intention volontaire. Ce n’était pas une intention du tout. Elle était partie sur sa lancée mais elle s’est rendu compte de la connerie qu’elle s’apprêtait à sortir juste à temps. C’était flagrant certes mais elle aurait pu faire pire. Elle aurait pu finir sa phrase. Quel aurait été la fin de sa phrase ? Puisque j’ai tué mes parents ? Puisque j’ai quitté mon couvent ? Puisque j’ai vécu à la rue sans argent ?

Il allongea ses jambes sur la marche et ferma les yeux. Il eut alors un petit sourire sur lequel Mardy tomba sous le charme instantanément. Elle regarda le mur en face pour ne pas avoir à regarder Starlight « Si tu veux, je te rachèterais un Zippo si j'en trouve un, tu pourras jouer la pyromane dans les bois ! » Mardy baissa la tête et eut un léger sourire en coin à cette phrase. Elle passa sa main derrière son oreille pour remettre ses mèches blondes en place et regarda Starlight qui semblait presque dormir si ce n’est cet éternel sourire qui illuminait son visage. « Si tu m’achète vraiment un zippo, je vais devoir ne pas t’oublier moi aussi alors ! » lâcha–elle en un souffle. Elle fût étonnée par le contenu de cette phrase sorti si spontanément. « Je penserais à toi à chaque fois que je brûlerais une forêt » ajouta-t-elle en riant. Elle l’observa silencieusement, surprise elle-même par ce retournement de situation. Une heure plus tôt, elle n’aurait jamais cru être ici à rigoler sur la pyromanie avec lui. Mais le destin avait l’habitude de bousculer les évènements dans sa vie et de laisser le futur au hasard.


• • • • • • • • • • • • • • • • •







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invitéavatar
MessageSujet: Re: « Mardy Bum, a simple drawing or a complex memory ? » | Pv Mardy Mar 22 Mai - 17:33




    Mes souvenirs, les bribes de mon passé s'assemblaient. Je les visualisais attentivement, je voyais Mardy plus petite dans un coin de la cour. Seule, comme si elle était radioactive, personne ne l'approchait. Je dois l'avouer, je m'étais parfois moqué de la « petite sorcière » ou de « miss je pique des crises ». Mon sourire s'effaça petit à petit que je visualisais tous mes souvenirs d'elle. Seule... toujours seule. Je l'avais enfoncé même et je m'étonne qu'elle essayait de m'éviter... Starlight, t'es vraiment nul. « Non seulement je ne m'abaisse pas à ce genre de contraintes, mais je ne les remarque même plus. Si tu étais égoïste et narcissique, je ne serais pas encore là, je peux l'affirmer. » Je la laissais continuer, sans parler même si j'étais touché par sa réflexion. « Que faisais-tu à l'infirmerie si souvent si tu as pu me voir «beaucoup trop de fois là-bas » ? Tu cherches aussi à te faire l'infirmière ? Tu as raison, je suis bien aide-soignante. C'est la seule façon de payer ma scolarité puisque... » Je rouvris soudainement les yeux interrompant ma mémoire qui avait défilé. Puisque ? Puisqu'elle était seule, encore une fois. Je culpabilisais, je l'avoue, c'était rare chez moi. « Disons que ça me fait un peu d'argent de poche » . Son sourire avait disparu, je mettais sans doute un peu trop relâcher. Au final, elle avait toujours mal. Je penchais légèrement la tête... ce n'est pas comme ça que tu vas l'aider Light tu sais ? Alors reprend toi et fais ton con, nom de dieu ! -Aaaaalaric !- Elle s'était levée pour s'adosser à un mur, un nouveau sourire apparut sur mes lèvres. « Je crois que je ne suis pas assez pervers pour être nécrophile, Mardy ! », je riais, elle devait penser que j'avais un esprit tordu... elle avait raison !

    Je passais de nombreuse fois devant l'infirmerie, trois fois par jour environ. Et mon regard indiscret se portait souvent sur Mardy. Au final l'infirmière que je voulais me taper c'était elle... -c'est un sarcasme... au cas ou...- « Si tu m'achètes vraiment un zippo, je vais devoir ne pas t'oublier moi aussi alors ! Je penserais à toi à chaque fois que je brûlerais une forêt » Elle reprenait de l'énergie, elle semblait plus gaie. Je riais en même temps qu'elle , nous étions en parfaite harmonie malgré nos nombreuses différences. Un courant chaud passa par mon sang, mon sac était brûlant et mes pupilles se dilataient devenant de plus en plus clair et bientôt même cyan éclatant. Explication ? Une énergie nucléaire passe en moi constamment, si je l'accumule elle parviendra à se libérait d'elle-même sous forme de chaleur. La lumière ? Oui, s'il y a un important dégagement nucléaire ma peau deviendrait brillante allant jusqu'à l'effet d'une étoile version maquette. Mes yeux étant les premiers touchés vu qu'ils amplifient ma lumière artificielle... compliqué, hein ? Même moi je m'y perds parfois. Comment calmer cet excès ? Sois j'utilise mon pouvoir, ce qui n'est pas vraiment possible en ce moment, sois j'essaye de me contrôler accumulant davantage. Je respirais de plus en plus lentement calmant mes muscles ne prêtant même plus attention à Mardy. La tension se dissipa doucement, mes yeux revenaient à leur couleur obscure et je finis par soupirer.

    « C'est trop aimable ! » ma voix avait reprit l'attention du moment, « Si tu te fais arrêter, j'espère que tu diras que c'est grâce à moi que tu es une criminelle ! Ça fera remonter quelques souvenirs aux policiers ! » Je t'applaudis Starlight, dis lui que tu as violé un dromadaire -pas l'infirmière... okay je me tais!- pendant que tu y es ! Je ricanais doucement avant de me relever et de poser mon sac sur l'épaule et de monter quelques marches avant de me retourner devant elle : « Ca va sonner et je ne peux malheureusement pas sécher tous les cours, même si ça m'aurait plu de parler un peu plus avec toi. ». Je marquais une pause, avant de réfléchir... oh mon dieu... je crois que c'est la première fois que j'utilise ce verbe depuis le début ! Ce qui m’impressionna le plus c'est qu'elle n'a posé aucune question sur mon surnom, Starlight. Il est pas assez classe pour elle peut être! Pfeuh... je suis grave, hein ? Il faut m'interner chez les fous ! … Ah merde, j'y suis déjà ... Je me retournais une nouvelle fois avant de me retourner pour la troisième fois -je vais prendre de l'aspirine je reviens...-, un sourire réapparut sur mes lèvres – je souris d'une large bouche, dans ta langue. - « Ah, au fait, ce soir, minuit, je t'attends devant la forêt. J'ai quelque chose à te montrer. A toi de choisir si tu me fais assez confiance pour me suivre ! » mon sourire devenait étrangement complice avec elle. Je montais les escaliers avant que la sonnerie ne retentisse. Je ne doutais pas qu'elle viendrait, je pouvais lui faire confiance. La chose que je veux lui montrer ? Mes talents de musiciens... peut-être, qui sait à part moi ? Héhé... ah... oui l'homme barbus tout là-haut... moué... mais il compte pas c'est pas du jeu !

    Je m'avançais voguant entre les élèves qui discutaient entre eux. Je passais devant l'infirmerie, éclatant de rire en voyant le sac d'os en décomposition ranger ses dossiers, elle se tourna vers moi haussant d'un sourcil. Je ne pouvais retenir mon hilarité, mais je continuais quand même mon chemin vers ma salle de cours. Je finis par entrer dans la salle et m'installer au fond de la pièce pour être moins repéré par le professeur. Je sortis discrètement mon calepin pour tracer une ligne, puis une autre. Les images se répétaient dans ma tête, avant, après, pendant, avant, après pendant ainsi de suite. Une main apparue peu à peu, puis une tête. Le visage était expressif, la scène était en contre plongé. Son regard, il recentrait toute l'attention sur lui. Je l'avais raté, ce fut dur d'admettre qu'il ne correspondait pas à mon souvenir. Je pris alors ma gomme -neuve- avant de gommer et de retracer les yeux. Je soupirais ne voyant toujours pas ce qui clochait chez moi. Je continuais néanmoins le dessin... Une jeune femme était au bord des escaliers fixant le spectateur, avec un regard assez étrange, remplit de haine, de gaieté et de désespoirs. Mardy Bum...

Revenir en haut Aller en bas
❝ Contenu sponsorisé ❞
MessageSujet: Re: « Mardy Bum, a simple drawing or a complex memory ? » | Pv Mardy

Revenir en haut Aller en bas

« Mardy Bum, a simple drawing or a complex memory ? » | Pv Mardy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: