Arrêtez tout ce que vous êtes en train de faire : Rédemption va déménager d'ici peu. Plus d'infos ?

Partagez|

Cameron Samuël Austin •

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar✉ Messages : 10
✉ Fiche : Élémentaire...
✉ Ft : Andrew Garfield (*O*)
✉ Classe et/ou emploi : Psychologue Scolaire
✉ RP(s) en cours : 0 / 2
✉ Âge : 22 ans
✉ Pouvoir(s) : Développe des liens télépathiques et empathiques avec les gens.
Masculin

~ Qui es-tu ?
Relations ::
MessageSujet: Cameron Samuël Austin • Jeu 29 Mar - 13:27





Cameron Samuël Austin


feat. Andrew Garfield


C'est l'histoire d'une pastèque obèse...

❝ Élémentaire, mon cher Watson. ❞
    ✉ Prénom(s) : Cameron Samuël
    ✉ Nom : Austin
    ✉ Âge : 22 ans
    ✉ Signe astrologique : Bélier
    ✉ Groupe désiré : Pensionnaires
    ✉ Emploi/Classe : Psychologue Scolaire


    ✉ Pouvoir : Lien.
    ✉ Caractéristiques : C'est une capacité à lier des liens émotionnels et télépathiques avec certaines personnes.
    ✉ Faiblesse : Le lien ne prend pas sur les gens possédant une résistance psychologique, tout comme il ne choisira pas forcément sur qui ça prend à vrai dire.
    ✉ Force : A vrai dire, la personne avec qui il aura un lien, malgré le fait qu'elle ne soit pas toujours consentante, sera en lien direct avec toute la banque de données qu'il a constitué au fil des années dans sa tête.

Elle était plutôt ovale et bien verte...


    ✉ Description physique :
    ‣ Carrure moyenne
    ‣ Souriant, parfois même charmeur dans son attitude
    ‣ Regarde perçant qui analyse tout
    ‣ Visage fin et pas excessivement masculin
    ‣ N'a pas de problème avec sa virilité cependant. *sort*

    ✉ Description mentale :
    ‣ Sens de l'observation très bien développé
    ‣ Très bonne mémoire
    ‣ Culture générale grandiose
    ‣ Pas doué avec les sentiments, autant les siens que ceux des autres
    ‣ Ce qui le rend sarcastique quand il s'agit de lui même, parfois un peu trop moqueur

    ✉ Signe particulier : Un petit signe infini ( ∞ ) au creux du poignet gauche.

Elle menait une vie sans pépins...


    ✉ Histoire :


    2005, le monde a changé.
    Ah ? Sans blagues ?

    Par mon apparence, ils me traitent différemment, par mon caractère, mon QI et mon comportement, ils me traitent différemment, mais c'est la vie dont je me suis accommodé.
    Cameron, dix-sept ans, va vous parler de sa vie, allo la Terre, tout se joue en cet instant ? Ce serait mégalomane de dire ça. Mais bon, disons le !
    Parlons de ma mère, pour commencer. Elle est jeune, seize ans de plus que moi, même pas besoin de faire de calcul. C'est comme si j'avais un enfant depuis un an. Elle ne m'en a jamais parlé, mais je suis le résultat d'une erreur d'adolescente. Cependant, elle a fait son propre choix de me garder. Je ne sais même pas pourquoi, c'est un caractère humain totalement illogique. Elle m'aime. Au fond, je lui ai bien rendu, puisque je lui permets de vivre, grâce aux bourses que je me traîne. J'ai vu, ça a été dur de devenir mère si jeune, de renoncer à une vie sociale et sentimentale, de renoncer à des études, à une carrière hypothétique, d'être seule, de perdre espoir en les hommes, un à un. Sauf moi, sans doute. Elle aurait voulu une fille, elle l'aurait appelée Marilynn. Dommage, raté. Je n'ai pas revu mes grands-parents depuis bien longtemps. Ils l'ont reniée et maintenant j'espère qu'ils regrettent, amèrement.
    Quant à mon père, je ne sais pas. Il n'y a pas grand chose à dire. Je ne me suis pas posé la question de qui cela pouvait être, il n'est jamais venu me réclamer, malgré toute la publicité autour de ma personne. Tant pis pour lui, c'est tout.
    Je suis en faculté depuis deux ans. J'avais de quoi aller dans les plus grandes écoles, celles qui réclament des génies à la pelle, mais les riches bourgeois sont des gens qui ne m'intéressent pas. Alors je remonte les statistiques. Et l'argent va à ma génitrice. En fait, j'aurais dû être en faculté depuis presque quatre ans, mais ils me trouvent trop jeune, trop immature, hyperactif. Sans doute que pour une fois, ils ont raison. Ils ont bien le droit de dire ce qu'ils veulent, après tout, je sais quasiment tout de leurs existences.
    L'autre jour, j'étais dans un amphi, observant distraitement les images qui passaient grâce au rétroprojecteur. Toujours placé au fond, j'avais le monopole des détails pourtant essentiels sur les divers personnes qui peuplaient les divers rangs. Au troisième rang, seizième place, il y avait une fille, blonde, qui essayait de draguer un gars au cinquième rang, place dix-huit. Elle se penchait en avant pour qu'il voit le fil de son string. Autant dire que c'était ridicule, et que le prof louchait avec envie sur la poitrine de la demoiselle. Autant de petites choses qui m'amusaient et formaient un tableau qui pourtant pouvaient avoir un poids surprenant sur les individus.

    Et je m'étais endormi.

    Toujours le même rêve. Une plage, blanche, à perte de vue, un désert en somme. Étincelant, éblouissant. Attirant dans un premier temps. Mais très vite, repoussant, effrayant. Et je me retrouve coincé dans cet endroit éclatant mais où je me retrouve particulièrement seul et angoissé. J'essaye de m'échapper, à ce monde, à cette bulle de terreur, doucement un bruit strident s'élève, faisant vibrer l'air, la lumière et le sable blanc.
    J'ai l'impression de mourir.

    C'est réellement terrifiant. Cependant, alors que je me recroqueville pour me protéger, le bruit se calme, doucement, sensiblement. Et la lumière semble se faire plus supportable, doucement. Alors je relève les yeux. Et mon cœur s'arrête, totalement. Une « boule » sombre, noire, s'élève pour tout envelopper dans son halo de ténèbres. C'est alors que je me retrouve les mains ensablées dans le grain blanc, que je remarque que cette chose est un soleil. Un soleil « négatif » si vous voulez.
    Impossible...
    Sa simple présence semble tout emporter, tout calmer, tout rendre si serein, si calme, si parfait. Comme si je me sentais enfin entier. Et j'ouvre les yeux. Je n'ai pas le temps d’apercevoir quoi que ce soit que je me fais emporter par la braise du soleil noir.

    Et je me réveille.
    Un coup de téléphone. Ma mère. Quelques mots échangés en plein amphithéâtre.
    « Cameron, tu as un frère. »



Mais en vrai, c'était... Un melon !



    ✉ Pseudonyme : Sélou **
    ✉ Âge : Euh... 18 ans ?
    ✉ Où avez vous connu le forum ? : La blague.
    ✉ Code : Validé depuis un bail.



• • • • • • • • • • • • • • • • •

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Cameron Samuël Austin •

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: