Arrêtez tout ce que vous êtes en train de faire : Rédemption va déménager d'ici peu. Plus d'infos ?

Partagez|

Au milieu du brouillard... [PV: Julian Adamson] / TERMINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Gwen Burnett
avatar✉ Messages : 83
✉ Fiche : "Tu ne me connaîtras jamais entièrement."
Liens
"J'avais si peur de ce que je ressentais, tu sais..."
✉ Classe et/ou emploi : Terminale.
✉ RP(s) en cours : 1/4
✉ Âge : 17ans
✉ Pouvoir(s) : Bouclier protecteur
Féminin

~ Qui es-tu ?
Relations ::
MessageSujet: Au milieu du brouillard... [PV: Julian Adamson] / TERMINE Lun 2 Jan - 18:33

Gwen avait débarqué lors d'une matinée brumeuse à Rédemption. Le genre de matin où la seule chose dont on a envie, c'est de retourner dormir. Pourtant, elle était finalement arrivée à destination, après le voyage qui fut ennuyeux à mourir. Plusieurs valises, assez grosses, qu'elle dut monter seule dans sa chambre. Trop de vêtements, trop d'objets importants, trop de souvenirs. Comment ça, ça ne lui ressemblait pas? En effet, qui aurait pu penser qu'elle s'attacherait tant à son ancienne vie. Pas tellement, en fait. Disons plutôt qu'elle ressentait une certaine appréhension face à son nouveau commencement ici. Est-ce que tout reprendrait comme avant? Elle doutait fort qu'on la laisse paisiblement dans sa débauche habituelle...

Ainsi, elle se retrouvait dans la chambre qui lui paraissait minuscule, où elle passerait ses nuits et sans doute certains de ses jours, avec une ou deux autres personnes. Elle s'était assise sur le lit, un instant, mais s'était relevée pour aller vers la salle de bain. Elle soupirait, les mains comme cramponnées à l'évier, observant longuement son reflet dans le miroir. Ses cheveux, désordonnés après le voyage, lui donnaient toujours ce côté sauvage et indomptable. Ses yeux semblaient briller étrangement, au milieu de ce qu'il lui restait de son maquillage qui avait un peu bavé. Elle avait l'air de rentrer de soirée, et, c'était presque le cas. Avant son départ loin de son chez elle, il fallait bien qu'elle fête tout ça, non?
Gwen eut un sourire. Elle baissa la tête, observant ses vêtements. Un haut noir, simple, bustier et un short en jean visiblement déchiré, délavé, accompagné de collants résille dans un aussi piteux état, et sa paire de rangers qui semblait effectivement avoir vécu des tas de guerres, bien que ce ne soit pas le cas. Ses bras, jonchés de bracelets à clous, à piques, et autres tintaient lorsqu'elle bougeait. Un long médaillon autour de son cou, avec une boussole pour pendentif, et son cuir sur le dos. Le froid? Oui, elle avait souvent froid une fois dehors... Et d'ailleurs, cette morsure si étrange commençait à lui manquer.

Alors, récupérant sa veste qu'elle avait enlevée au préalable, la jeune femme sortit, refermant la porte derrière elle à l'aide de la clef qu'on lui avait fournie. Elle se mit à errer un peu dans les couloirs, cherchant des escaliers: elle voulait monter au plus haut possible, pour trouver le toit. Fatiguée, encore un peu dans le brouillard suite à sa dernière nuit doublée du voyage, elle sentait un léger tournoiement dans sa tête, mais n'y prêta pas attention. Elle devait retrouver l'air frais du matin.
Finalement, elle monta un escalier où elle pouvait sentir un peu de la brise du dehors, fraîche et humide. Ouvrant la porte, elle débarqua dans un nuage de brouillard, où elle ne distinguait pas bien ce qui l'entourait. Le vent glissa sur son corps frêle, et elle frissonna, fermant les yeux un instant, s'appuyant sur la porte close.

Gwen se mit alors à marcher, inspirant à fond, lentement, quand elle arriva devant une baie vitrée où elle distinguait des plantes vertes. La jeune femme longea les vitres, intriguée, jusqu'à trouver une porte. Elle eut d'abord un mouvement de recul: est-ce qu'elle avait abusé sur les drogues, hier soir..? Une véranda, sur un toit? Etrange, cet établissement. Elle eut un rire, léger, propre moquerie à elle-même, et ouvrit la porte. L'intérieur était plus chaud, sans doute pour certaines plantes qui avaient besoin d'un climat plus tempéré. Le brouillard autour, en dehors de la salle, lui donnait l'impression d'être absolument seule dans cette pièce, entourée de végétation. Elle avançait sur le sol carrelé, observant le nom de certaines plantes: imprononçables. Il y avait aussi quelques fleurs, mais très peu. Avançant encore entre les allées de verdure, elle se demandait si un élève avait déjà pensé à y planter du cannabis. Penser, oui, agir sans doute pas. Un air de musique lui trotta un peu dans la tête tandis qu'elle s'approchait des plantes. Le genre de musique aux tonalités électroniques et reggae, qui avaient pour message "légalisez!"


_Say Ganja, ganja~

Elle soupira, et alla s'asseoir sur un des gros pots de jardinage qui étaient retournés, pour les ranger sans doute. Appuyée contre la vitre, loin de se tenir droite, elle croisa néanmoins un peu les jambes, et sortit un paquet de cigarettes de sa poche, en tirant une pour la placer entre ses lèvres, cherchant son briquet de l'autre main. Personne ne viendrait la trouver ici, un matin plein de brouillard et de pluie, n'est-ce pas?

• • • • • • • • • • • • • • • • •



«Tu sais ce qui a de plus douloureux?
C’est d’pas pouvoir se rappeler ce qu’on ressentait avant.
Essaie de garder cette sensation.
Parce que si tu la laisses s’en aller...
Tu la perds à jamais.
»


Dernière édition par Gwen Burnett le Dim 23 Sep - 11:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invitéavatar
MessageSujet: Re: Au milieu du brouillard... [PV: Julian Adamson] / TERMINE Mar 3 Jan - 15:19

Colin fut la première personne qu'il rencontra en arrivant ici
Il ne connaissait personne d'autres. Excepté la personne qui s'occupait de l'accueil et qui l'avait invité à conduire ses affaires dans sa chambre qui se trouvait au premier étage. Tsss, que pouvait-il bien déposer dans sa chambre si ce n'était que ce qu'il avait en poche ?! Parlons-en tiens... Un paquet de cigarette ne contenant plus que quelque clopes écrasées, un vieux journal intime à la couverture rouge et usée et une grosse somme d'argent qu'il avait volé chez ses tortionnaires... Actuellement, et-ce depuis qu'il avait poussé le portail et traversé la cour, il se sentait stressé et avait envie de se changer les idées et de parcourir l'école tant qu'il en avait l'occasion. Perdu dans ses pensées, il monta au deuxième étages qui semblait être celui destiné aux filles et l'image de la réceptionniste lui interdisant formellement de monter amusa son esprit, il s'en contre fichait. S'en griller-une ? Hum...Il effaça cette idée de sa tête quand son regard se posa sur les capteur de fumée du pensionnat. Inutile d'attirer l'attention et de finir trempé pour une clope. Ouais, j'ai bien le temps de toute façon.

Julian montait les marches qui le conduisit vers l'étage supérieur
Il finit par se retrouver sur le toit. Le vent soufflait toujours, le brouillard s'était levé en quelques instant. Il n'aimait pas cette impression d'être étouffé et de ne pas percevoir le moindre chemin qui pourrait lui servir de fuite, le brouillard, il n'aimait pas ça. Les mains en poche, il sortit enfin une cigarette de son paquet écrasé de couleur rouge, quelques lettres blanches indiquait la marque des cigarettes; Lark, c'était le nom, ouais, il amena la cigarette chiffonnée à ses lèvres et chercha son briquet. Il n'était pas dans sa poche intérieur, il fouilla ensuite ses poches arrière et trouva ce qu'il cherchait. Quelques instants plus tard, il recrachait la fumée qu'il avait aspirée et ce jusqu'à ce qu'il en aie terminé l'entièreté. Il regarda au loin, mais rien n'était visible, il distinguait vaguement le sol de la cour et c'était bien là le seul point qui n'était pas entravé par la brume... Lentement, sa gorge et ses vêtements s'étaient imprégné de l'odeur du tabac et bien que la cigarette avait le don de le calmer, il n'en appréciait pas le parfum. Il renifla ses vêtements et constata avec horreur qu'ils étaient imprégnés et que seul un bon lavage était de rigueur. Ouais, il n'y avait pas que ses vêtements qui avait besoin d'un petit coup de jeune... Son visage portait encore les traces de ses nombreuses heures de fuites... Légèrement coupé près de la bouche, ses vêtements étaient sales et tachés de boue. Néanmoins, et bien qu'il en soit étonné lui même, ils ne dégageait pas d'odeur de transpiration et il en était content... M'enfin, il restait quand même sale, mais il se rattraperait. Il espérait seulement ne pas tomber sur quelqu'un d'autres pour le moment.

Ses yeux noisettes scrutaient ce qui était à portée de vue.
Il distingua quelque chose qui attisa sa curiosité... Une sorte de serre ? Non, une véranda ? Ho...cela peut être intéressant se dit-il. Nonchalamment, ses pas le menèrent devant la porte de la véranda qu'il ouvrit lentement. La première chose qu'il ressentit en entrant fut le contraste de température entre l'intérieur et l'extérieur, ensuite, ce fut cet océan de verdure qui s'offrait à lui. De nombreuses variétés de plantes devaient se trouver ici. Il prit soin de refermer la porte derrière lui et continua son chemin dans cet endroit qui lui plaisait particulièrement, bien que la chaleur ambiante le dérangeait quelque peu. Alors qu'il était occupé à regarder quelques fleurs sur lesquelles ses yeux avait décidés de se poser, il donna un coup de pied involontaire dans un pot de fleurs qui se trouvait juste à ses pieds. Il se brisa dans une cacophonie des plus particulière qui se répandit dans l'ensemble de la pièce... La terre s'était répandue sur le sol et Julian se sentait quelque peu gêné. Dans un silence qui se voulait d'or, il ramassa ce qu'il avait brisé et prit le plus grand soin à ne pas le laisser dans le chemin...
Revenir en haut Aller en bas
Gwen Burnett
avatar✉ Messages : 83
✉ Fiche : "Tu ne me connaîtras jamais entièrement."
Liens
"J'avais si peur de ce que je ressentais, tu sais..."
✉ Classe et/ou emploi : Terminale.
✉ RP(s) en cours : 1/4
✉ Âge : 17ans
✉ Pouvoir(s) : Bouclier protecteur
Féminin

~ Qui es-tu ?
Relations ::
MessageSujet: Re: Au milieu du brouillard... [PV: Julian Adamson] / TERMINE Mer 4 Jan - 19:52

Elle engouffrait sa main dans sa poche, agitant ses doigts pour retrouver son briquet, qu'elle sortit enfin pour en actionner la roulette. La flamme jaillit finalement, alors qu'elle plaçait machinalement sa main autour pour parer le vent - qui évidemment, n'était pas présent dans la pièce. Gwen tira une longue bouffée sur sa cigarette, alors qu'au travers du calme de la véranda, elle percevait le grincement léger de la porte qu'elle avait ouverte quelques minutes auparavant. Le visage tourné vers l'entrée, sans pour autant voir ce qu'il s'y passait, cachée par les plantes vertes, elle se redressa sur le pot où elle était assise, et se remit sur ses pieds après un effort.

Elle se sentait fatiguée, un peu lasse, et cette bouffée nicotinée dans ses poumons l'apaisait. Elle était néanmoins un peu surprise que quelqu'un ne débarque ici à une telle heure, par ce temps. L'idée qu'il s'agisse d'un professeur ou d'un surveillant ne lui effleura pas l'esprit, et elle avait gardé sa cigarette entre les doigts. La jeune femme passa sa main libre dans ses cheveux, les ramenant vers l'arrière alors qu'elle marchait doucement, quand un grand bruit retentit. Un bruit de quelque chose de cassé, qui se brise au sol en plusieurs morceaux. En même temps, il lui sembla apercevoir un mouvement entre les plantes.

Alors, Gwen se mit à marcher, gardant sa clope entre ses lèvres, au devant de chaque allée pour chercher la source de tout ce vacarme. Le seul bruit qui parvenait de nouveau à ses oreilles était le son de ses propre pas. Finalement, elle s'arrêta entre deux lignes délimitées par la verdure, et jeta son regard sur celui qui semblait être à l'origine de tout ça. Récupérant le tube nicotiné dans sa main, elle souffla la fumée en levant un peu le nez vers le haut, glissant avec une certaine insistance son regard sur lui.
Il avait le teint mat, et les cheveux bruns assez longs. Ses vêtements semblaient déjà d'un style usé, mais avaient l'air sales par dessus le marché. Le jeune homme se hâtait de remettre la terre sur les morceaux du pot brisé, pour ne pas les laisser sur le chemin sans doute. Gwen sentit un sourire amusé, un peu moqueur, étirer ses lèvres.

Elle s'avança, rabattant un de ses bras sur son ventre, un peu au dessous de sa poitrine, comme si elle croisait les bras, mais avec un seul. Gwen s'arrêta juste derrière lui, le jaugeant toujours plus ou moins du regard, avant de lancer sur un ton sarcastique.


_Tu es élève, ou jardinier?

La jeune femme attendait une réponse à sa réplique teintée de moquerie. Évidemment, elle n'était pas juste irritante pour le plaisir; elle ne savait juste pas comment aborder les gens. Sa seule façon de le faire était celle-ci, et de ce fait elle ne savait pas encore quelle serait sa réaction. Allait-il se vexer, ou simplement être un peu intimidé, voire surpris de trouver quelqu'un ici, dans un état vestimentaire similaire au sien et ne pas prendre en compte ses mots? Elle en doutait fort. Mais de toute façon, elle s'en fichait un peu, il était juste la première impression qu'elle aurait des gens de Rédemption; elle n'avait à priori aucunement l'intention de tisser un quelconque lien, en tout cas c'est l'idée qu'elle dégageait. Comme toujours.

• • • • • • • • • • • • • • • • •



«Tu sais ce qui a de plus douloureux?
C’est d’pas pouvoir se rappeler ce qu’on ressentait avant.
Essaie de garder cette sensation.
Parce que si tu la laisses s’en aller...
Tu la perds à jamais.
»


Dernière édition par Gwen Burnett le Jeu 12 Juil - 17:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invitéavatar
MessageSujet: Re: Au milieu du brouillard... [PV: Julian Adamson] / TERMINE Jeu 5 Jan - 12:42

Le parfum de la terre
Le débris sur le sol, la maladresse d'un jeune homme surpris par une voix féminine. Il ne lui fallut qu'un instant pour que ses doigts ne s'écharpent contre les bords coupants de la terre cuite... Les perles de rubis qui sortait de la plaie venait coloré un peu plus la peau du jeune homme. Il essuya contre son Jeans les perles de sang. Lentement, il se redressa, l'odeur de la terre occupait son odorat, mais il sentit une odeur bien particulière qu'il connaissait... La fumée de cigarette se mélangeait à la terre. Julian fut sortit de sa rêverie par la voie féminine qui l'avait interpelé quelques secondes plus tôt. Il n'avait pas répondu de suite mais il était bien décidé à voir de qui il s'agissait et se retourna donc pour se retrouver en face d'une jeune fille de son âge.

Un style débraillé
Elle était fine et ses yeux verts l'ensorcelait...Une jeune fille plus qu'agréable à regarder. Il la trouvait parfaite physiquement, bien qu'un sourire franc aurait d'avantage accentué son jolis minois. Des cheveux bruns qui lui tombait sur les épaules, un beau teint de couleur châtain pour être plus précis faisait contraste avec sa peau pâle... Ses yeux était mis en valeur, cernés de noir, le vert (bien que pâle) semblait briller d'un éclat plus vif. Elle souriait mais il ne perçut aucune joie dans ses paroles mais plutôt une pointe de sarcasme.

"_Tu es élève, ou jardinier?"

Emprunt d'un sentiment nouveau
Elève ou jardinier ? Avait-il vraiment l'air d'un employé de cet établissement ? Bien sur que non puisqu'en quelque sorte elle se moquait de lui. Après tout, il ne la connaissait pas, n'en avait pas grand chose à faire de ce que l'on pouvait penser de lui, mais... Il y avait quelque chose chez cette fille qui l'attirait. Étais-ce de la curiosité ? Il y avait surement de ça, ouais. Le reste, il le découvrirait à un moment ou un autre. Pfff, après tout, il resterait sans doute un moment à Rédemption et il était plus enclin à connaitre de nouvelles personnes qu'à les éviter aussi, il répondit le plus simplement possible à la remarque de celle qui l'avait découvert dans cette véranda où les plantes cachait leur présence.

"Un élève..." Damned...Étais t-il capable de sortir plus de deux mots de sa bouche ? Et bien non, sur le moment, il ne trouvait rien d'autre à dire. En effet, la question qui lui avait été posée ne laissant que peu de place à la réponse puisqu'il s'agissait sans l'ombre d'un doute d'une petite pique de rencontre. Que dire, que faire ? Que dire, rien. Que faire, c'était plutôt la question qu'il se posait... Comment est-ce que l'on se présentait à une fille ? A part Aline, il n'avait pas eu le loisir de discuter avec d'autres. Hésitant, il tendit la main en direction de celle qui se trouvait devant lui un bras en dessous de la poitrine tendis que de l'autre elle tenait du bout des doigts ce tube blanchâtre qu'il connaissait si bien.

"Salut au fait..." (Trois mots, quel exploit !) Il essuya à nouveau sa main blessée contre son jeans. Bon, ok, ce n'était pas des plus frais, mais bon, que pouvait-il faire d'autre pour le moment. Il regarda la jeune fille qui ne semblait pas bouge d'un cil si ce n'est qu'elle semblait l'observer...Du moins, c'est ce qu'il avait ressentit dès qu'elle avait posé son regard sur lui, le sourire en coin. Il rabaissa sa main, se rendant compte qu'elle n'était pas des plus propre et qu'elle ne lui serrerais sans doute pas. Il se mit à croupis et la questionna du regard, ses yeux noisettes légèrement plissé.

"Tu ne devrais pas être en cours ?" Il termina par ses paroles, plantant dans les yeux pâle de la jeune filles ses deux pupilles noisettes.
Revenir en haut Aller en bas
Gwen Burnett
avatar✉ Messages : 83
✉ Fiche : "Tu ne me connaîtras jamais entièrement."
Liens
"J'avais si peur de ce que je ressentais, tu sais..."
✉ Classe et/ou emploi : Terminale.
✉ RP(s) en cours : 1/4
✉ Âge : 17ans
✉ Pouvoir(s) : Bouclier protecteur
Féminin

~ Qui es-tu ?
Relations ::
MessageSujet: Re: Au milieu du brouillard... [PV: Julian Adamson] / TERMINE Ven 6 Jan - 19:26

Le garçon, qui semblait de son âge, se releva alors. Elle se sentit tressaillir lorsqu'il fut posté devant elle, l'air un peu ailleurs. Son visage, qu'elle cherchait depuis quelques minutes à entre-voir, apparut finalement un peu au dessus du sien, si bien qu'elle dût lever les yeux pour pouvoir regarder dans les siens, d'une couleur noisette. La moue étrange sur les lèvres du jeune homme, à mi-chemin entre la gêne et l'étonnement, la fit sourire un peu plus. Il avait répondu à sa question qui pourtant pouvait facilement être qualifiée de rhétorique, puisqu'en effet, elle n'appelait pas vraiment de réponse. Son attitude était ainsi assez normale. Outre le fait qu'elle perçut dans son regard quelque chose de plus que de l'étonnement, qu'elle ne pouvait pas vraiment définir. Sans vraiment répondre, elle sourit de façon un peu plus franche, avant de l'observer avancer une de ses mains.

"Salut au fait..."

Gwen observa un petit temps sa main tendue. Il s'était sans aucun doute coupé, puisqu'il saignait, si bien qu'elle pouvait voir le sang couler entre ses doigts. Il aurait sans doute souhaité qu'elle lui serre la main, mais avant qu'elle ne réagisse face à cela, il jeta un regard sur sa propre paume avant de la rabattre sur son jean, qu'il teinta de pourpre. Elle lui avait sourit, très simplement, penchant un peu la tête sur le côté tout en le détaillant avec un air interrogateur. Quelle étrange façon de se présenter à quelqu'un!
Habituellement, les gens en font toujours des tonnes face à elle. Habituellement, on ne lui tend pas sa main alors que l'on vient de se blesser. Habituellement, on n'ose pas lui parler, et répondre à son ironie de la façon la plus simple qui soit. Cette nouvelle chose lui plaisait. Ce garçon n'était pas exactement comme les autres. Et, elle retrouvait en lui cet air de "je m'en foutiste" un peu blasé, qu'elle se reconnaissait à elle-même.

Le brun s'était abaissé à nouveau vers le sol, accroupi devant le pot brisé, et releva la tête vers la jeune fille. Ses yeux brillants se plantèrent dans les siens, et elle lutta comme à son habitude pour paraître le plus neutre et septique possible. Il demanda si elle ne devait pas être en cours. A ces mots, Gwen eut un léger rire, et détourna la tête, glissant une nouvelle fois la cigarette entre ses lèvres pour en tirer une bouffée, sans répondre immédiatement. D'ailleurs, elle ne répondrait pas du tout. Il lui semblait que ce simple rire était assez éloquent.
A son tour, elle tendit sa main libre vers le jeune homme, assez soudainement.


_Gwen. "Enchantée".

Les guillemets étaient assez sonores dans le ton de sa voix. Simple ironie sur les normes de la société, vous savez? Bonjour, merci, heureux de vous voir, au revoir. Elle n'aimait pas trop ça, et justement, s'en servait assez ironiquement. Une ironie pour en cacher une autre? Il fallait être assez tordue pour réfléchir ainsi... Qu'importe. Un sourire tout autre sur le visage, plus discret, elle attendait qu'il lui serre la main, comme il semblait vouloir le faire à la base. Même si cette réaction lui avait semblée illogique, elle voulait montrer qu'elle se fichait bien du fait qu'il puisse avoir du sang plein les doigts, et de la boue plein son jean.

• • • • • • • • • • • • • • • • •



«Tu sais ce qui a de plus douloureux?
C’est d’pas pouvoir se rappeler ce qu’on ressentait avant.
Essaie de garder cette sensation.
Parce que si tu la laisses s’en aller...
Tu la perds à jamais.
»


Dernière édition par Gwen Burnett le Jeu 12 Juil - 17:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invitéavatar
MessageSujet: Re: Au milieu du brouillard... [PV: Julian Adamson] / TERMINE Dim 8 Jan - 12:39

Julian
Un jeune homme paumé dans un monde qui s'offrait désormais à lui. Combien de fois n'avait-il pas rêvé de parler simplement avec une fille ou même avec quelqu'un qu'il croisait dans la rue. Ouais, le simple fait de pouvoir faire ce qu'il voulait cela lui plaisait de plus en plus. La jeune fille au parfum de nicotine le regardait à présent, la tête légèrement relevée ses yeux plongés dans les siens, comme si malgré la distance, elle voulait garder un certain contrôle. Elle pencha légèrement la tête sur le côté, il trouvait ça mignon, c'était typique d'un comportement animal. D'ailleurs, à ce moment précis Julian ressemblait plus à un chien en fuite qu'autre chose... Néanmoins, la jeune fille bien que vêtue de vêtements étranges n'avait aucune trace de souillure sur elle et on devinait bien qu'elle avait choisit de porter cela de son plein grès. Elle se fichait sans doute de ce que pouvait bien penser les gens, était-elle comme lui ? Avait-elle besoin de ressentir la caresse du vent sur son visage ? Sentir en elle l'excitation d'enfreindre les règles établies par une sois disant "hiérarchie supérieure" ? Il en avait bien l'impression... Soudain, il sentit en lui une sorte d'apaisement. La jeune fille lui tendit ensuite la main. Ouais, elle n'en avait sans doute rien à faire qu'il puisse être blessé d'être emprunte de sang, il appréciait cela, même si cela ne se lisait pas sur son visage... Le fait qu'une fille lui serre la main dans ses conditions était selon lui plutôt rare.

Une sacrée poigne
Sa main salie dans la sienne, même si ce moment fut bref il avait l'impression que cela avait duré une éternité. Un long moment où il avait ressenti une sensation de douceur et de chaleur. Il ne la connaissait pas, mais elle était la première qui lui avait serré la main. L'esquisse d'un nouveau sourire se dessina sur son visage mat. Alors qu'il relâcha son étreinte cette chaleur mêlée à la douceur lui manquait déjà, il s'imagina alors ce qu'il aurait put ressentir si contre son corps il avait senti celui d'une fille dans ses bras. La chaleur d'un corps serré contre un autre, la sensation de leur lèvres qui s'effleurent, les mains qui parcourent les courbes de leur corps toutes ces sensations qui lui étaient inconnues, il y aurait droit, plus rien ne le retenait excepté des règlements qu'il comptait bien passer outre de toute façon. Néanmoins, tous ces questionnements n'étaient pas destinés réellement à la jeune fille en face de lui qui répondait au nom de Gwen. Il s'imaginait simplement ce qu'il aurait pu ressentir.

L'empreinte d'un nouveau monde
Gwen, étais-ce un diminutif ? Peut être bien... Et après tout, il s'en fichait. Julian s'était déjà présenté et malgré qu'il se sentait désormais un peu mieux il n'était pas encore très doué pour les conversations et les rencontres et il ne savait pas vraiment de quoi parler. Après quelques instants de courts silence à la regarder, il se demanda ce qui l'avait amenée à Rédemption.

"Gwen, qu'est-ce qui t’amène ici, à Rédemption je veux dire." Il passa de la position accroupis à assise analysant à son tour la jeune fille qui recrachait cette fumée bleue qu'il connaissait que trop bien. Le sourire aux lèvres, insouciant, il attendait une réponse plus constructive que des sourires, même si Julian appréciait d'avantages voir apparaitre sur le visage pâle de Gwen ces quelques signes d'amusement ou de plaisir.


Revenir en haut Aller en bas
Gwen Burnett
avatar✉ Messages : 83
✉ Fiche : "Tu ne me connaîtras jamais entièrement."
Liens
"J'avais si peur de ce que je ressentais, tu sais..."
✉ Classe et/ou emploi : Terminale.
✉ RP(s) en cours : 1/4
✉ Âge : 17ans
✉ Pouvoir(s) : Bouclier protecteur
Féminin

~ Qui es-tu ?
Relations ::
MessageSujet: Re: Au milieu du brouillard... [PV: Julian Adamson] / TERMINE Dim 15 Jan - 11:19

Julian leva les yeux, et posa son regard sur la main que Gwen lui tendait. Il semblait surpris, mais pas dégoûté, ni embêté par ce geste. Il n'avait que très peu parlé, durant les quelques mots qu'ils avaient échangé. A bien y réfléchir, la jeune femme n'avait pas vraiment été des plus loquace. Malgré cela, Gwen commençait à trouver au brun quelque chose de spécial, étrangement inexplicable. Tout d'abord, sa dégaine débraillée s'apparentait à la sienne, et jusqu'ici elle avait vu peu de monde qui pouvait se déplacer avec des vêtements boueux, et être attractif quand même. Elle eut un sourire à cette idée, tandis qu'il prenait finalement sa main dans la sienne.

Un seul instant, quelques secondes tout au plus, où le premier contact s'établissait. Gwen n'y avait pas vraiment fait attention au premier abord. Pour elle, une poignée de main restait une poignée de main; elle n'y trouvait rien d'exceptionnel, mais peut-être était-ce son côté terre-à-terre qui reprenait parfois le dessus. Mais, lui avait eu l'air quelque peu ailleurs, l'espace de cet instant. Et malgré la saleté sur sa main, son geste avait été assez doux. Parler d'une poignée de main affectueuse, mais bien sûr, Gwen! Enfin, c'est ce qu'elle se disait; elle pensait que cette dernière réflexion avait été ridicule, et passa à autre chose assez rapidement.
Elle le regarda s'asseoir à côté du pot cassé, et finit par faire de même, se posant en tailleur en face de lui, glissant toujours son regard sur chacun de ses gestes; simple habitude, qui était presque devenue réflexe.

Il demanda alors ce qui faisait que Gwen s'était retrouvée ici. Comment l'expliquer? Elle eut un léger rire étouffé, et pencha un peu la tête vers l'avant, la redressant ensuite en glissant une main dans ses cheveux bruns, qui s'empressèrent de reprendre une disposition désordonnée dès que ses doigts s'échappèrent de sa tignasse. Elle laissa échapper un léger soupire, avant de répondre.


_Et bien. En somme je dirais que c'est à cause de la drogue. Et de mon certain talent à mentir à mes parents, jusqu'au jour où mon niveau scolaire est devenu pitoyable, parce que je n'en avais strictement rien à foutre...

Elle haussa un peu les épaules, avant de lever ses yeux clairs pour chercher ceux du garçon, l'interrogeant très visiblement, comme si elle lui renvoyait implicitement la question. Un instant, elle jeta son regard sur la cigarette dans sa main qui s'était consumée. Elle l'écrasa sur le pot cassé, et tira de sa poche son paquet de cigarettes, pour en tirer deux, dont l'une qu'elle tendit à Julian, replongeant son regard dans le sien avec la même intention de questionner.

En réalité, elle ne savait pas vraiment si savoir d'où il venait, qui il était, l'intéressait. Elle ne savait pas si elle faisait tout cela par politesse, par gentillesse, ou bien simplement parce qu'elle venait de débarquer, et qu'elle était seule. Non pas que la solitude la dérange, habituellement. Alors pourquoi? Gwen préféra ne pas tenter de comprendre, et essayer de jouer les choses au feeling, pour une fois.

• • • • • • • • • • • • • • • • •



«Tu sais ce qui a de plus douloureux?
C’est d’pas pouvoir se rappeler ce qu’on ressentait avant.
Essaie de garder cette sensation.
Parce que si tu la laisses s’en aller...
Tu la perds à jamais.
»


Dernière édition par Gwen Burnett le Jeu 12 Juil - 17:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invitéavatar
MessageSujet: Re: Au milieu du brouillard... [PV: Julian Adamson] / TERMINE Lun 16 Jan - 22:00

Les cendres sur le sol
Gwen était désormais assise devant lui, assise en tailleur et comme elle le faisait déjà tout à l'heure, elle suivait chaque mouvement que Julian effectuait. Le jeune garçon avait l'impression d'être passé au scanner et d'être analysé de toute part mais il ne ressentais aucune menace émanant d'elle, juste de la curiosité sans doute... Peut être restait-elle sur ses garde après tout ? Qu'en savait-il, il ne faisait que de supposer de toute façon, ouais. Ensuite, un rire étouffé mit fin à cet interrogatoire visuel, elle soupira. Elle lui répondit réellement pour la première fois depuis qu'ils s'étaient rencontrés. Il ne s'agissait pas d'un oui ou d'un non ou encore même d'un nom, elle donnait à présent des raisons de sa venue ici.

"Et bien. En somme je dirais que c'est à cause de la drogue. Et de mon certain talent à mentir à mes parents, jusqu'au jour où mon niveau scolaire est devenu pitoyable, parce que je n'en avais strictement rien à foutre..."

Drogue, mensonges, école... Les deux premiers, ils les connaissait que trop bien. L'école, il ne s'en rappelait pas vraiment. Julian avait le mérite d'être autodidacte et il s'en sortait plutôt bien grâce à tout ce qu'il pouvait trouver comme lecture chez ses anciens "propriétaires". En effet, ce n'était pas vraiment comme s'il avait fait partie intégrante des familles dans lesquelles il s'était rendus, il était en général considéré comme le larbin de service. Mais maintenant c'était terminé et cette sensations de nouveau départ l'enveloppait.

Les yeux verts
Elle le regardait cherchant dans son regard des réponses aux questions qu'elle se posait sans ouvrir une seule fois la bouche. Julian sentit qu'elle attendait de lui qu'il réponde quelque chose. Peut-être étais-ce simplement le retour de la même question qu'il lui avait posé un instant plus tôt. Elle voulait également savoir ce qu'il faisait ici dans cette vieille école. Il hésita un instant mais l'insistance de ses yeux verts pâles cerclés de gris eurent raisons de lui. Mais avant qu'il ne réponde, elle détourna le regard pour écraser son mégot contre le pot de terre et sortit de sa poche un paquet duquel elle sortit deux nouvelles cigarettes et lui en tendit une. Il prit la cigarette l'amena à ses lèvres et sortit de sa poche une vieille boîte d'allumettes dont il gratta un des fins bâtonnets sur le grattoir et alluma la cigarette. Il aspira une bouffée et avala la fumée qu'il recracha ensuite par le nez et il prit la parole, laissant s'échapper la fumée bleue.

"Je me suis enfuis... J'en avais assez d'obéir aux ordres et d'être traité comme un larbin... Je n'avais qu'une piste pour m'en aller et je me suis retrouvé ici." Il aspira une nouvelle bouffée et posa ses bras sur ses genoux laissant tomber sur le sol quelques cendres de la cigarette qu'il tenait entre les doigts.

"J'ai eu une vie de merde... Mais je ne suis pas le seul sur terre. Famille d'accueil sur famille d'accueil. Un jour, j'ai tout claqué, je suis partis avec un max de fric que j'ai piqué à cet enfoiré de raciste et j'ai couru autant que j'ai pu. Je me suis caché pendant plus de deux semaines avant de me décider à venir ici... Quand j'y repense cela me fait rire, je crois que c'est le truc le plus excitant que j'ai vécu jusqu'ici...Les flics aux culs c'est pas jouissif, mais maintenant, cela me fait bien rire " En effet, car sur le visage du jeune homme se dessina un sourire, suivit d'un rire léger et agréable. Ses yeux sombres scrutaient le sol souillés de terres et de cendres et il se gratta la tête pris de confusion et passa sa main sur son menton. Pourquoi avait-il eu besoin de raconter cela à la première venue. Il serait bon à l'avenir de faire attention. Il ne ressentait pas de menace se dégager de la jeune fille et il sentait au fond de son être qu'il pouvait lui accorder une partie de sa confiance. Oui, il pouvait la lui accorder à cette fille aux yeux verts.
Revenir en haut Aller en bas
Gwen Burnett
avatar✉ Messages : 83
✉ Fiche : "Tu ne me connaîtras jamais entièrement."
Liens
"J'avais si peur de ce que je ressentais, tu sais..."
✉ Classe et/ou emploi : Terminale.
✉ RP(s) en cours : 1/4
✉ Âge : 17ans
✉ Pouvoir(s) : Bouclier protecteur
Féminin

~ Qui es-tu ?
Relations ::
MessageSujet: Re: Au milieu du brouillard... [PV: Julian Adamson] / TERMINE Mar 17 Jan - 17:45

La parole n'avait pas eu son utilité. Pas à ce moment là. Julian sembla comprendre ce qu'elle attendait de lui; une réponse. Elle ne savait trop elle même si les raisons de son arrivée ici lui importaient, et après tout il lui fallait continuer de jouer l'insensibilité et l'impolitesse, n'est-ce pas? C'était généralement la raison de son silence.
Ainsi, ils étaient assis face à face, et le jeune homme accepta la cigarette avant de la placer entre ses lèvres pour l'allumer à l'aide d'allumettes. Il tira une bouffée, et Gwen observa la fumée s'échapper du nez du garçon. Elle eut un léger sourire. Elle aimait bien faire ça, aussi. Pas pour le côté pratique, mais parce que ça lui faisait penser aux dragons. Ces êtres chimériques, forts et capables de voler haut dans le ciel, là où l'homme n'a pas accès. Mais elle cessa vite ces divagations étranges, anormales, presque enfantines, lorsqu'il prit la parole.


"Je me suis enfuis... J'en avais assez d'obéir aux ordres et d'être traité comme un larbin... Je n'avais qu'une piste pour m'en aller et je me suis retrouvé ici."

Obéir aux ordres, traité comme un larbin? Son enfance à lui n'avait pas dû être aussi dorée que celle de Gwen. Elle savait et pesait la chance qu'elle avait eu. Elle était seulement une sale gosse qui avait mal tourné, après tout. Par égoïsme, par désir de fuir les règles imposées, à sa manière. Les maisons de riches ne sont pas toujours des plus faciles à vivre, vous savez? Parents absents, éducation moyennement réussie, enfants souvent livrés à eux-même. Et voilà le résultat. Une odeur de tabac et d'herbe imprégnée dans les cheveux, des vêtements à tendance vulgaire et visiblement tâchés depuis un bout de temps par l'usure et l'alcool.
La jeune femme pensait qu'il n'irait pas plus loin dans ses explications, bien qu'elles lui semblent assez vagues. Elle le voyait un peu comme elle, en plus déterminé. Et étrangement, il parla à nouveau. Étrangement, il sembla s'ouvrir quelque peu et percer le froid qu'elle avait lancé en arrivant, pas forcément consciemment, plutôt par habitude.


"J'ai eu une vie de merde... Mais je ne suis pas le seul sur terre. Famille d'accueil sur famille d'accueil. Un jour, j'ai tout claqué, je suis partis avec un max de fric que j'ai piqué à cet enfoiré de raciste et j'ai couru autant que j'ai pu. Je me suis caché pendant plus de deux semaines avant de me décider à venir ici... Quand j'y repense cela me fait rire, je crois que c'est le truc le plus excitant que j'ai vécu jusqu'ici...Les flics aux culs c'est pas jouissif, mais maintenant, cela me fait bien rire "

Gwen porta la cigarette à ses lèvres, et inspira. Elle eut un rire à ses mots, mais différent de ceux qu'elle avait pu émettre auparavant. Un vrai rire partagé, comme deux amis qui se racontent les péripéties de leurs vacances, ce genre de trucs. Pourtant, elle ne le connaissait pas. Mais elle sentait qu'il lui accordait plus ou moins de confiance en lui évoquant son passé, alors elle décida de faire de même, crachant doucement la fumée, et s'appuyant vers l'arrière sur son bras libre.

_Ouais, c'est vrai que les flics c'est pas toujours une partie de plaisir. Ils pourraient pas s'occuper de coffrer les violeurs et les pédophiles, au lieu de s'acharner sur des ados en quête de liberté?

Question rhétorique, qui dissimulait envers la tentative de fuite de Julian un côté compatissant. Elle ne connaissait que trop bien l'adrénaline qui peut passer dans le corps lorsque tu sais qu'on te traque, lorsque ceux qui te cherchent sont près, si près. Mais aussi le soulagement lorsque tu es certain d'être hors d'atteinte, et la satisfaction d'être sorti de là seul. Elle pensa qu'il devait être quelque part assez fier d'en être arrivé là, à Rédemption, avec la possibilité d'un nouveau départ. Mais elle n'en savait trop rien, et se contenta de lever ses yeux verts sur lui, enfumant un peu plus ses poumons, son regard toujours plein de questions inexprimées.

• • • • • • • • • • • • • • • • •



«Tu sais ce qui a de plus douloureux?
C’est d’pas pouvoir se rappeler ce qu’on ressentait avant.
Essaie de garder cette sensation.
Parce que si tu la laisses s’en aller...
Tu la perds à jamais.
»


Dernière édition par Gwen Burnett le Jeu 12 Juil - 17:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invitéavatar
MessageSujet: Re: Au milieu du brouillard... [PV: Julian Adamson] / TERMINE Jeu 19 Jan - 20:44

L'horloge du passé
Le passé, cet instant qui faisait partie de votre vie, de vos souvenirs... Des fragments du temps qui n'appartiennent qu'à vous et qui ne peuvent changer quoi qu'il se passe. Le passé d'un adolescent qui avait souffert de nombreuses séquelles reposait dans le cœur de Julian et lui donnait aujourd'hui la force d'avancer, mais...aujourd'hui ce morceau de temps, il l'avait partagé. En effet, il s'était confié et il se sentait plus léger, il appréciait tant qu'il le pouvait cet instant... Dans quelques secondes, cette sensation, elle aussi ferait partie du passé, un passé dont-il pourrait se rappeler les prémices d'un sourire sur le visage d'une jeune fille avec qui il avait passé un peu de son temps dans cette école.

Aussi bien qu'elle l'observait, Julian faisait de même et ne manquait aucune seconde de ce petit spectacle de gestuelle et de réflexion muettes. Quoi que le spectacle (jusqu'à présent muet) gagnait en couleur au fur et à mesure du temps qui s'avançait. Elle semblait amusée lorsqu'il recracha la fumée par son nez, sans doute le faisait elle aussi ? Comme bon nombres de fumeur peut être ou y avait-il une autre raison à cela ? Il n'y pensa plus et garda pour lui cette attitude détachée qu'elle affichait et qu'il appréciait. Aucun juge, aucune épée qui le frapperait une fois le dos tourné, juste deux adolescents qui discutaient de leur passé et du temps qui passe, des secondes qui s'écoulent pour rejoindre ensuite l'horloge du passé.


Une impression d'amitié
Lorsqu'il termina de raconter ce qui l'avait conduit jusqu'aux portes sombres de l'institut de Rédemption, il distingua quelque chose de différent chez Gwen. En effet, ce petit rire moqueur qu'il avait entendu tout à l'heure ne ressemblait en rien à celui qui suivit la fin de sa phrase... C'était comme si d'un sourire elle avait acquiescé ses dires. Comme si elle aussi comprenait ce qu'il avait put ressentir. Cette impression, cette situation ressemblait à une conversation entre deux amis. Cela lui faisait plaisir, mais il n'était pas sur que cela se lise sur son visage... Du moins, il ne s'en rendit pas compte en tout les cas. Il amena une nouvelle fois la cigarette à ses lèvres et tira une bouffée qu'il recracha de la même façon que la précédente en écoutant ce que Gwen lui répondit.

Ouais, c'est vrai que les flics c'est pas toujours une partie de plaisir. Ils pourraient pas s'occuper de coffrer les violeurs et les pédophiles, au lieu de s'acharner sur des ados en quête de liberté?

Cette fois, c'est lui qui esquissa un sourire. La justice, il n'avait eu que des problèmes avec elle et ce n'était pas demain la veille qu'il la porterait dans son coeur... Gwen avait raison, au lieu de s'intéresser à des gens comme lui, même si parfois c'était nécessaire, ils devraient passer plus de temps a rechercher de vrais monstres. Lui, n'avait rien demander d'autres que de vivre une vie simple avec des gens qui l'aimerait pour ce qu'il était, mais pas une fois cela n'était arrivé, pas une fois... Aujourd'hui, il commençait à redécouvrir le monde autrement et en la personne de Gwen, il se retrouvait un peu. Certes, leur motivation n'étaient pas les mêmes mais ils semblaient rechercher le même objectif, la liberté.


Envahit par la chaleur
Il la regardait toujours et ses yeux bruns croisèrent les yeux verts pâle de cette nouvelle rencontre...Ses yeux qu'il trouvait étrangement fascinant, il avait du mal à regarder autre chose lorsqu'il se trouvait en face d'elle... Ils lui faisaient penser aux sources thermales qu'il avait eu l'occasion de voir dans un livre dédié au japon. Ce vert tranquille et opaque comme si rien ne pouvait le traverser mais qui d'une vague de chaleur tranquille inonderait l'âme de quiconque plongeait son regard dedans...

Il avait envie de continuer cette discussion avec elle. Parler encore et encore tant que le temps le pouvait, tant que personne ne viendrait les interrompre. Aussi, il se lança et décida de lui parler un peu plus de lui, de ce qu'il avait vécu et de comment il avait échappé aux policiers pour arriver jusqu'ici.

"Ouais, ils devraient s'occuper un peu plus de ce qui cause réellement des problèmes plutôt que de passer leurs nerfs sur des adolescents en fuite. J'ai ramassé quelques coups de matraque plusieurs fois et c'est loin d'être agréable !" Il s'arrêta un instant caressant l'arrière de son crâne et ébouriffant un peu plus ses cheveux. Conséquence: un épis se réveilla.

"Au départ, je ne pensais pas aller loin, je me disais qu'une fois encore je me ferais attraper, battre et privé de nourriture quoi que je fasse...Mais, cette fois... C'est comme si j'avais eu des ailes pour me guider...Sans que je le sache, chaque chemin que je prenais, chaque coin de rue que j'arpentais, chaque pont que choisissait m'éloignait des flics. C'est comme cela que pendant deux semaines, comme je te l'ai dit, j'ai pu me cacher et me retrouver ici... Je ne sais pas expliquer réellement comment mais... On peut dire que c'est comme si j'avais avalé une carte routière. En tout les cas, tu aurais du voir leur têtes ! Je ne comptes plus les idiots qui sont passé devant mon nez sans rien voir"

Il pouvait continuer son récit, prendre la peine de donner plus de détails encore, mais il n'avait pas envie d'assommer son interlocutrice avec ses aventures... Ils n'avaient pas échangés extrêmement de mots jusqu'ici et il ne voulait pas la blaser. Après tout, si elle voulait en savoir plus, elle le lui demanderait, non ? Il tira pour la troisième fois sur la cigarette, laissant tomber de nouvelles cendres sur le sol, à côtés des corps froids de ses soeurs.
Revenir en haut Aller en bas
Gwen Burnett
avatar✉ Messages : 83
✉ Fiche : "Tu ne me connaîtras jamais entièrement."
Liens
"J'avais si peur de ce que je ressentais, tu sais..."
✉ Classe et/ou emploi : Terminale.
✉ RP(s) en cours : 1/4
✉ Âge : 17ans
✉ Pouvoir(s) : Bouclier protecteur
Féminin

~ Qui es-tu ?
Relations ::
MessageSujet: Re: Au milieu du brouillard... [PV: Julian Adamson] / TERMINE Dim 26 Fév - 16:55

Les mots semblaient venir d'eux même, sans que Gwen n'ai à les penser ni à les réfléchir trop longtemps, elle ne sentait pas le besoin de calculer ses phrases, et pour une fois elle devait avouer que ça lui faisait du bien. Ils se fixaient l'un l'autre, sans doute conscients du poids de leurs regards, elle observait ses sourires, sa gestuelle, comme lui le faisait. Et puis il répondit à ses mots d'abord par un sourire, il semblait en accord avec ce qu'elle avait dit, mais en même temps, quel adulte sortant à peine de l'adolescence ne l'était pas?
Et au milieu des volutes de fumée, il continua. Acquiesçant d'abord ses dires de façon plus explicite, ajoutant qu'il avait déjà subi la violence des autorités. Elle eut un très léger rire à l'idée de l'imaginer courir pour échapper aux matraques des policiers... Gwen suivit du regard la main qu'il glissa dans ses cheveux et sourit également à l'épi qui se forma sur son crâne. Il avait l'air aussi débraillé qu'elle, et ça lui plaisait quelque part, elle se disait qu'elle n'était pas seule à être "comme ça"!

Et puis il réouvrit la bouche, pour raconter sa fuite, plus en détails. La jeune femme se redressa un peu, intriguée, assimilant ses paroles pour se faire une idée de ce qu'il avait put vivre. Fuite, adrénaline, peur, sentiment de liberté. Il avait visiblement vécu dans une famille qui n'était pas comptée parmi les plus sympathiques. Elle préféra ne pas revenir sur cet aspect des choses, demander à quelqu'un de raconter son enfance alors qu'on vient juste de le rencontrer, c'est plutôt poussé. Ainsi elle se contenta de ne réagir qu'à la dernière partie du récit, aussi court soit-il, son sourire toujours suspendu aux lèvres.


_Haha, j'imagine bien le tableau, ne t'en fais pas! En tout cas... Tu as eu de la chance de retrouver ton chemin jusqu'ici. Il aurait pu t'arriver n'importe quoi. C'est un peu téméraire comme agissement... Elle marqua un court arrêt, reprit. C'est cool.

Elle lui sourit, plus directement, puis aspira une bouffée de sa cigarette. Se relevant ensuite, elle s'étira un peu, et s'approcha des vitres qui composaient la véranda. Gwen jeta son regard au dehors, tandis que le brouillard se dissipait quelque peu pour laisser entrevoir un paysage aussi gris qu'auparavant. Elle eut un léger soupire, repensant un peu à sa propre ville d'origine. Le ciel était souvent gris et pluvieux, là-bas aussi. Finalement, tout ne changerait pas aussi radicalement que ce qu'elle aurait voulu.

Elle regardait dans le reflet du verre les agissements de Julian. Elle espérait qu'il n'aurait pas mal prit ses propres gestes, Gwen était juste ainsi, elle fuyait parfois des conversations en tournant le dos ou en levant les yeux ailleurs, ou bien, tout simplement, comme elle l'avait fait là, en allant un peu plus loin, prétextant la curiosité envers quelque chose.
Ses yeux verts fixant le jeune homme dans son reflet, elle garda aux lèvres ce léger sourire, et laissa s'échapper de ses lèvres une nouvelle traînée de fumée nicotinée.

• • • • • • • • • • • • • • • • •



«Tu sais ce qui a de plus douloureux?
C’est d’pas pouvoir se rappeler ce qu’on ressentait avant.
Essaie de garder cette sensation.
Parce que si tu la laisses s’en aller...
Tu la perds à jamais.
»


Dernière édition par Gwen Burnett le Jeu 12 Juil - 17:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invitéavatar
MessageSujet: Re: Au milieu du brouillard... [PV: Julian Adamson] / TERMINE Sam 3 Mar - 14:16

L'insouciance
Chaque chemin, je le vois, chaque objet, je peux le retrouver... Suis moi, je sais toujours où je me rends.

Julian venait de terminer un morceaux de sa vie passée qu'il comptait à présent effacer. Un page tournée, l'insouciance à nue, le plaisir de vivre pour lui sans se soucier des conséquences... De nouveaux horizons, de nouvelles choses à découvrir, des chaînes qu'il pouvait briser quand l'envie de s'enfuir envahissait son esprit. Peut être même, que cette nouvelle rencontre avec Gwen, lui offrirait une présence à ses côtés... La découverte de ce sentiment que l'on appelle amitié ? Qu'importe le temps que cela prendrait, Julian comptait bien en faire sa camarade de jeux, sa complice, son amie... Comment les deux jeunes allait-ils évoluer ? Est-ce que la vie d'insouciance qu'ils ont décidés de mener les mènera vers les ténèbres ? Plus que cette idée de ne pas savoir quel chemin suivre, Julian ressentait le besoin de se dépasser, de vivre comme il l'entendait, briser les règlements, fumer, boire, le sexe, toutes ces choses auxquelles il n'avait pu avoir le droit avant.

Alors que son récit était terminé, ou presque, Gwen répondit, sans poser de questions. D'une part, cela le rassurait de ne pas devoir donner plus de détails sur cette ancienne vie... Parce qu'aussi loin qu'il s'en souvienne, malgré la page tournée, certaines histoires laissent des traces. D'autre part, il appréciait simplement le fait qu'on puisse l'écouter sans qu'il aie réellement besoin de se justifier. Cela peut parfois paraitre ennuyeux ou désintéressé comme comportement, mais cela lui plaisait de savoir que quelqu'un pouvait juste l'écouter.

Haha, j'imagine bien le tableau, ne t'en fais pas! En tout cas... Tu as eu de la chance de retrouver ton chemin jusqu'ici. Il aurait pu t'arriver n'importe quoi. C'est un peu téméraire comme agissement... Elle marqua un court arrêt, reprit. C'est cool.

C'était vrai, Julian aurait très bien pu ne jamais arriver à Rédemption dans de bonnes conditions...Enfin...à la base, il n'est de toute façon pas arrivé en très bon état devant la grande grille de l'établissement, mais soit. Elle ponctua ensuite cette remarque de quelques mots qui lui réchauffèrent le cœur. Pourquoi donc ? C'était assez simple, c'était bien la première fois qu'on trouvais "cool" ce qu'il faisait. Il lui répondit par un bref sourire en coin.

Le reflet de la glace
Deux êtres qui se ressemblent mais pourtant si différents.

C'est le portrait de Gwen que reflétait à présent les vitres de la véranda...L'air pensive, elle s'était levée quittant la conversation pour se retrouver dos à lui... Bien qu'il ne la voyait pas il imaginait sur son visage le sourire qu'elle affichait quelques minutes plus tôt. Ensuite, il se retourna à son tour, regardant des pieds à la tête la jeune fille. Elle lui plaisait, mais il ne savait pas quoi en penser, pas trop doué pour exprimer ce genre de chose, il préférait attendre de voir comment cela allait se passer. Une des choses pour lesquelles il n'était pas téméraire... Il se contenta de la regarder, pensif, lui aussi.

Dehors, le ciel était toujours aussi gris, triste et dénué d'intérêt, selon Julian. Le ciel, il le préférait bleu, parsemé de nuages blanc et pur. Ce ciel, qui lui donnait l'impression de pouvoir se rendre où il voulait. L'abandon de son être dans l'immensité du ciel. Ouais, cela lui plaisait.

Gwen laissa échapper de sa bouche un nouveau trait de fumée qui se mêla à la teinte du ciel gris... Julian sentit dans ses jambes quelques picotements et s'il ne se levait pas maintenant, cela risquait d'empirer. Aussi, il se leva et retrouva Gwen devant la glace où les visages des deux adolescents se reflétèrent légèrement. Les mains en poche, julian contemplait le ciel gris, tristement, la moue sur son visage en disait long sur ce qu'il pensait de ce temps pourris. Il ne disait rien, juste concentré à regarder le ciel, il pensait déjà à une destination future où il pourrait se rendre en cas de pépins. Il passa sa main dans ses cheveux un peu trop longs. L’épi indomptable trônant au dessus de son crâne ne semblait pas vouloir se laisser faire malgré les efforts de Julian et cela le fit sourire de voir quelle tête il avait pendant tout ce temps... Tout simplement ridicule, mais au fond, il s'en fichait pas mal.
Revenir en haut Aller en bas
Gwen Burnett
avatar✉ Messages : 83
✉ Fiche : "Tu ne me connaîtras jamais entièrement."
Liens
"J'avais si peur de ce que je ressentais, tu sais..."
✉ Classe et/ou emploi : Terminale.
✉ RP(s) en cours : 1/4
✉ Âge : 17ans
✉ Pouvoir(s) : Bouclier protecteur
Féminin

~ Qui es-tu ?
Relations ::
MessageSujet: Re: Au milieu du brouillard... [PV: Julian Adamson] / TERMINE Dim 18 Mar - 20:27

Il avait semblé sourire à ses mots, amusé par la dernière expression qu'elle avait utilisée. Elle y repensait, face à la vitre, observant d'abord son propre reflet peu visible, discernant tout de même sans difficulté ses traits. Après avoir recraché sa fumée, elle remarqua qu'un nouveau reflet s'approchait; celui de Julian. Elle eut un sourire, à nouveau. Gwen n'aurait su dire pourquoi, mais la proximité avec ce garçon lui plaisait. Elle aimait le regarder, et avait la sensation de curiosité qui piquait ses mains et son sens du toucher. Habituellement très sûre d'elle, elle hésitait aujourd'hui. Sans doute car ils n'avaient échangé que quelques mots, et qu'ils n'avaient pas plusieurs joints au compteur en commun. Mais peu importait, pour Gwen.
Leurs deux reflets se retrouvèrent bientôt côte à côte, et la jeune femme ne décrochait pas ses yeux verts de sur celui-ci, observant ses attitudes avec un sourire espiègle, un sourire qu'elle ne s'était pas vu aux lèvres depuis un bon moment.

Il affichait une moue triste ressemblant à celle des enfants, ses yeux bruns noyés dans le ciel brumeux et gris. Gwen regarda le ciel à son tour; il était vrai que ce temps donnait l'impression d'étouffer sous les nuages; pour elle le ciel était le plus beau lors des nuits d'été, à l'approche de l'aube, lorsque le noir d'ébène devient plus clair tout en laissant apparentes les étoiles, et surtout la Lune, un astre qui lui semblait depuis toujours fascinant.
Lassée d'observer le garçon dans la vitre qui reflétait son visage de façon morne et fade sur cet arrière plan de brouillard, elle tourna la tête, posant ses yeux sur lui.
Il s'installait un silence étrange mais apaisant, elle sentait que lui aussi se disait que le ciel n'était pas le plus beau aujourd'hui, et qu'il se rappelait tout comme elle la façon dont il l'appréciait.

La brune replaça alors son visage face à la vitre, et d'un geste furtif mais à la fois assez contrôlé, elle chercha la main de Julian avec la sienne. Cette envie de contact l'avait dépassée de peu, mais elle gardait les yeux faussement plantés au loin, puisqu'on ne distinguait rien dans ce brouillard. Sa voix retentit, volontairement neutre pour contraster sans doute avec la chaleur de son geste.


_Le ciel ne pourra être que plus beau demain. Ne fais pas cette tête.

Malgré elle, un sourire s'était dessiné, discret et peu visible, puisqu'elle enchaîna ses mots en glissant sa cigarette entre ses lèvres, aspirant les dernières bouffées.

• • • • • • • • • • • • • • • • •



«Tu sais ce qui a de plus douloureux?
C’est d’pas pouvoir se rappeler ce qu’on ressentait avant.
Essaie de garder cette sensation.
Parce que si tu la laisses s’en aller...
Tu la perds à jamais.
»


Dernière édition par Gwen Burnett le Jeu 12 Juil - 17:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invitéavatar
MessageSujet: Re: Au milieu du brouillard... [PV: Julian Adamson] / TERMINE Sam 5 Mai - 23:23

Parade
La chaleur du contact d'une main aux gestes rassurants, le sentiment d'avoir à ses côté le plus puissant des boucliers.

Alors que Julian contemplait encore le triste ciel gris d'un air songeur, il fut très vite tiré de sa rêverie lorsque il sentit une douce chaleur lui prendre la main. Gwen lui tenait bel et bien la main, comme le ferait deux bon amis ? Peut être plus que des amis ? Il ne savait pas vraiment comment il devait prendre cette attention mais au fond de lui, il ressentit que ce dernier se voulait affectueux et que plus que milles mots, il pouvait apaiser une âme comme la sienne. Bien que la gêne le paralysa, il se laissa faire et malgré lui prit quelques couleurs... La gêne et la surprise avait frappé son visage lorsqu'il avait ressenti le contact. Néanmoins, presque instantanément, la surprise quitta son visage et il s'habitua à la douceur de sa main. S'en suivirent les mots suivants:

_Le ciel ne pourra être que plus beau demain. Ne fais pas cette tête.

"T'as raisons, tant qu'il arrête de pleuvoir, cela me va de toute façon !"

La douceur d'un geste
Il parait anodin, mais il restera gravé dans son histoire comme étant le tout premier pas d'une nouvelle vie.

Comment décrire toute ces émotions qui envahissent son esprit ?! Est-ce que cette main enlacée dans la sienne signifiait qu'ils était déjà amis ? Étais-ce si facile de faire de nouvelles rencontres ? Non, bien sur que non, idiot... Elle était différente des autres, il le sentait... Bien qu'il n'eut pas eu le loisir de croiser beaucoup de monde, il avait la certitude qu'il n'y en avait réellement qu'une comme Gwen et elle l'avait accepté comme son égal et il attendait cela depuis tellement longtemps qu'il sentit au coin de ses yeux des larmes perlées qu'il contrôla d'une nervosité débordante pour ne pas montrer de "faiblesse". Il la regarda une fois encore, elle souriait, elle était belle et...

Frayeur ou amusement ?
S'amuser des bruits en étant cachés dans l'ombre d'une farce est amusant, mais qu'en est-il quand on en est la cible ?

BOUM !
Qu'étais-ce donc ? Un bruit assourdissant retentit dans toute la véranda et s'en suivit une ribambelle de bruits de pas qui venaient dans leur direction. Sa tête le brûlait et il ressentit qu'il n'était pas bon de rester dans les parages. Certes, ils ne faisaient rien de mal en étant ici, mais il n'était pas sur que fumer ici soit très autorisé et...On ne sais jamais ce qu'on aurait pu leur reprocher d'autres... Bien sur, ce n'est pas de se faire attraper qui est amusant, mais c'est la sensation de fuite, de furtivité qui s'en suit ! Son cœur battait à un rythme plus accéléré qu'à l'accoutumée. Aussi, dans sa tête se dessina un plan des lieux de toute la véranda et des échappatoires possibles. Les fils bleus de cette carte imaginaire se dessinaient pour former une maquette imaginaire des lieux... Tandis que les bruits de pas se rapprochaient dangereusement, il les distingua sur la maquette et de nombreux points rouge. Il n'eu pas besoin de prendre la main de Gwen (puisqu'il la tenait déjà...) et la tira vers un endroit sur de la pièce, impulsivement, il l'emmena dans un coin de la pièce caché par les nombreuses plantes grimpantes et feuillues de la véranda.

A présent, ils étaient cachés des yeux des intrus...Une seconde...Mais... Adossé au mur et tenant toujours la main de la brune, il remarqua que dans la foulée, l'espace dans lequel il avait décidé de se cacher n'était pas vraiment ce que l'on pouvait appelé de spacieux. Aussi, il ressenti bien plus encore la présence de Gwen à ses côtés. Tout ce qu'il espérait, c'est qu'elle ne trouverait pas son geste déplacé...Mais comme il avait l'habitude de le penser...Advienne que pourra ! Il lui murmura au creux de l'oreille...

"Pas de casses ? J'ai pas trop envie qu'on nous pinces alors que c'est mon premier jour, je me demande ce qui a bien pu se passer pour qu'il y ai tout cet attroupement !" Il lui lança un sourire avant de retourner l'observation de sa carte virtuelle.
Revenir en haut Aller en bas
Gwen Burnett
avatar✉ Messages : 83
✉ Fiche : "Tu ne me connaîtras jamais entièrement."
Liens
"J'avais si peur de ce que je ressentais, tu sais..."
✉ Classe et/ou emploi : Terminale.
✉ RP(s) en cours : 1/4
✉ Âge : 17ans
✉ Pouvoir(s) : Bouclier protecteur
Féminin

~ Qui es-tu ?
Relations ::
MessageSujet: Re: Au milieu du brouillard... [PV: Julian Adamson] / TERMINE Dim 10 Juin - 19:56

Les doigts froids et tendus de la jeune fille se réchauffaient à peine au creux de la main du brun. Geste doux, qu'il ne rejeta pas, et quelque part elle en fut heureuse. Non pas parce que cela l'aurait couverte de ridicule, mais parce qu'elle en avait envie et qu'elle aurait été vraiment déçue. Mais, sans doute un peu aussi à cause de son égo, il fallait l'avouer... Gwen a une sacrée fierté, et il est fortement déconseillé d'y porter atteinte.
Il répondit finalement à ses mots, par une phrase simple, autant que toute leur conversation. N'était-ce pas parfaitement paradoxal? Les mots qu'ils prononçaient, l'un comme l'autre, avaient tout du commun et du banal, de la rencontre typique entre deux personnes tout à fait normales et sans problèmes quelconques. Pourtant, ce qui fuse dans leurs têtes semble si compliqué... La jeune femme s'empêche de penser, tout simplement. Elle s'empêche les questionnements, les déductions, les suggestions, les visions du futur.
Elle s'empêche l'attachement, parce que, la raison de la froideur de sa paume n'est pas qu'elle soit faite de glace, loin de là. Saviez-vous que lorsque l'être humain ressent une émotion forte, le sang se concentre sur le cœur; c'est aussi pour cela qu'il bat plus vite, et pour cela que les mains et les pieds deviennent froids. Le sang parcourt en priorité l'organe, et délaisse les extrémités, qui perdent de leur chaleur.
Elle sent ses yeux sur elle, et...

Un grand fracas. Le bruit résonne dans la véranda, et tout se passe très vite. La brunette se retourne à peine, que Julian l'a déjà happée avec lui, dans un coin feuillu de la pièce. Son coeur qui battait déjà assez vite s'est accéléré d'un coup; l'adrénaline. Ils n'avaient nul droit d'être ici avec des cigarettes, c'était certain! Un rictus étirait ses lèvres, très légèrement, alors qu'elle tournait la tête pour glisser son regard à travers les plantes grimpantes qui les dissimulait. Ses yeux cherchaient un passage dans la verdure pour apercevoir les intrus, qui n'étaient autre que le service de sécurité du pensionnat.
Un souffle près de son oreille fit revenir toute son attention sur le garçon. Il demandait si tout allait bien, et semblait dans la même incompréhension qu'elle, ou presque. Gwen répondit à son sourire et répondit, à voix basse, se dressant légèrement sur la pointe des pieds pour se rapprocher de lui et éviter d'avoir à parler trop fort.


_T'inquiète... Les bons chiens de garde du pensionnat. Ils n'ont aucun flair..!

Elle souriait toujours, revenant à plat sur le sol. Il faisait chaud, d'un coup, non? Si. La chaleur humaine, sans doute. Elle réalisa alors que la proximité de leurs corps avait encore augmenté. Sa main toujours dans la sienne, elle se laissa à l'observation de cette distance. Ils se touchaient à peine, leurs vêtements se frôlant quelque peu, et pourtant elle pouvait sentir l'air gonfler sa cage thoracique à chaque inspiration; ce moment précis où le contact était plus poussé, où elle se sentait comme tout contre lui à cause de la planque étroite qu'il leur avait trouvé. Ce n'était pas tant pour lui déplaire.
Les pas s'approchaient, s'éloignaient, rythmant les minutes. Elle entendait les types aboyer des ordres, et jurer sur les pouvoirs que les étudiants possédaient, qui permettaient à la plupart de se tirer de ce genre de situations.
Plus Gwen le regardait, là, avec son air absent, plus il l'intriguait. Il semblait plongé dans ses réflexions, et presque nullement inquiet quant aux autorités qui les cherchaient. Elle attendit que les pas s'éloignent et se pencha à nouveau sur lui pour lui souffler à l'oreille...


_Eh, t'as l'air de planer. Ça va? Fit-elle, voulant plutôt savoir ce qui lui passait par la tête...


• • • • • • • • • • • • • • • • •



«Tu sais ce qui a de plus douloureux?
C’est d’pas pouvoir se rappeler ce qu’on ressentait avant.
Essaie de garder cette sensation.
Parce que si tu la laisses s’en aller...
Tu la perds à jamais.
»


Dernière édition par Gwen Burnett le Jeu 12 Juil - 17:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invitéavatar
MessageSujet: Re: Au milieu du brouillard... [PV: Julian Adamson] / TERMINE Mar 12 Juin - 10:19

Les chiens de gardes
Ils jurent, ils courent mais jamais ne nous trouves.

T'inquiète... Les bons chiens de garde du pensionnat. Ils n'ont aucun flair..! lui susurra t-elle au creux de l'oreille, sentant légèrement la chaleur d'un souffle sur sa peau. Si Julian n'avait pas été adosser à un mur et serré comme il l'était on aurait sans doute pu constater une pétrification émotionnelle de bien être. Néanmoins, trop de choses se passait pour que ce geste, banal, prenne trop de proportions. La chaleur de deux êtres, ajoutés à cela la température de la pièce et l'adrénaline, il y avait de quoi suer à grosses goute. Néanmoins, le visage de Julian était absent de toute trace de stress, il mordilla légèrement sa lèvre inférieure tendis qu'il sentit que Gwen touchait à présent le sol de plein pied. Bien que la vision que lui offrait son pouvoir lui demandais énormément de concentration, il ne pouvait s'empêcher de penser à cette situation dans laquelle il se retrouvait. L'étreinte de la main de Gwen plongée dans la sienne le réconfortait dans sa concentration. C'est comme si elle l'aidait du mieux qu'elle pouvait sans savoir à qui, à quoi elle avait affaire. Aussi, bien que son regard était plongé dans le vide, c'est comme si elle l'avait enlacé, il se voyait sur sa propre carte en un corps fumant, spectral accompagné d'une autre présence. Cette fois, il n'était plus seul, il avait une raison de plus de faire attention.

La fin d'une solitude trop longue
L'étreinte d'un être dépasse parfois plus de miles paroles.

Il sentait la chaleur de son corps augmenter encore et encore, tendis que les spectres rouges de sa carte s'éloignait de leur cachettes, revenant parfois bien trop près d'eux sans jamais les trouver, le stress était à son paroxysme, mais pas le temps de s'égarer dans ce genre de situation si la flamme verte de leur destination changeait, il devait réagir à la seconde près pour ne pas se faire pincer, et Gwen avec ! La proximité de la jeune fille brouillait ses pensées, cela faisait un petit moment que son pouvoir était déployé, mais il avait l'impression de le maintenir depuis des heures durant. Alors qu'il s'habituait doucement à cette situation et que les bruits de pas s'éloignaient d'eux, il sentit de nouveau ce souffle chaud caresser sa nuque et entendit un son proche parvenir à son oreille. Elle était presque collée à lui à cet instant précis et alors qu'il avait garder son calme pendant tout ce temps, il le perdit, sa vision de la carte se troubla et il entendit les mots suivants:

Eh, t'as l'air de planer. Ça va? cela eu pour première réaction de le faire sourire, ensuite il lui répondit. Il était désormais tout aussi proche, sentant presque contre sa peau celle de Gwen, c'est comme si la température des deux corps restreint dans cet espace s'unissait. Ses lèvres bougèrent lentement et libérâmes également un nuage invisible de chaleur s'abattre sur la nuque de la jeune fille. Sa main toujours dans la sienne, cette proximité qui se rapprochait dangereusement pouvant également se briser à chaque instants. Alors qu'il lui répondit, son bras n’effleurais plus seulement celui de la jeune fille, leur corps entrèrent en contact. Ses lèvres se fermèrent et avec elle la naissance d'un court silence.

Tu veux...essayer ? Il entendit des bruits de pas sourd revenir dans leur direction, s'ensuivirent de nouveaux fracas ainsi que des rires et des jurons et d'un coup, plus rien un silence d'une bonne minutes et des bruits de pas qui se faisaient maintenant oppressant, proches, presque aussi palpable que la proximité qui rapprochait les deux adolescents.
Revenir en haut Aller en bas
Gwen Burnett
avatar✉ Messages : 83
✉ Fiche : "Tu ne me connaîtras jamais entièrement."
Liens
"J'avais si peur de ce que je ressentais, tu sais..."
✉ Classe et/ou emploi : Terminale.
✉ RP(s) en cours : 1/4
✉ Âge : 17ans
✉ Pouvoir(s) : Bouclier protecteur
Féminin

~ Qui es-tu ?
Relations ::
MessageSujet: Re: Au milieu du brouillard... [PV: Julian Adamson] / TERMINE Sam 23 Juin - 0:57

Les mots filent à ses oreilles. Le souffle de Julian court dans sa nuque. Un frisson le long de son dos. Sa main enlace la sienne, elle ne sait déjà plus pour quelle raison... Mais a-t-elle vraiment besoin d'une raison? Elle n'en a jamais vu l'utilité. L'attention du brun se reporte sur elle, juste un instant, assez pour ressentir plus fort la proximité de leurs corps. Ses yeux trahissent la préoccupation, et une sorte d'inattention à la fois. Essayer... Que voulait-il dire? Qu'importe. Les pas s'étaient éloignés, pour la plupart. Mais un dernier individu revient vers eux. Il avait dû entendre, ou croire avoir entendu leurs chuchotis derrière les plantes.
Gwen lève son regard vert droit dans les yeux de Julian. Elle respire à peine, recouvrant un calme qui la dépasse malgré la situation. Instinctivement, sa main quitte la sienne pour s'élever vers la bouche du garçon, posant son index en travers de ses lèvres. "Chut..." Lentement, dans un mouvement délicat, sans un bruissement de feuilles, la jeune femme observe à travers les branches. Le dos à peine cambré, le visage tourné, dans un équilibre dangereux. L'homme est là, l'air suspicieux. Il sait.

Son regard croise le sien. Le surveillant l'observe; son regard dévie plus haut dans les feuilles. Il affiche un sourire qu'elle n'a pas le temps d'analyser. Il a dû voir le brun, également. Et merde... Elle ferme les yeux, se redresse en silence face à Julian, son coeur se remettant à battre fort. Pas déjà, ce serait trop bête... A peine arrivée, il faut déjà qu'on la fasse chier avec l'autorité! Elle s'attend aux suites; convocation chez le directeur, sanctions, expulsion? Et en plus elle a entraîné Julian avec elle. Ses yeux se réouvrent, affichant un regard neutre. Neutre, parce qu'elle ne devait plus rien montrer, maintenant. Parce qu'à chaque fois qu'elle s'ouvre à quelqu'un, ne serait-ce qu'un peu, ça termine comme ça. Avant d'avoir débuté, par des rappels à l'ordre et des séparations.
Une voix s'élève.


_Y'a rien ici! Ils ont du partir, ces plaies de gamins surnaturels.

Comment? C'est tout? Il les laissait là? Gwen parait troublée; elle ne comprend pas vraiment. Et puis, la déduction se fait petit à petit dans sa tête. Il l'a vue, elle, puis lui, cachés dans un recoin de la véranda particulièrement exigü. Ca y est, elle revoit le sourire. Un sourire amusé, et à la fois surpris. La brune ne peut s'empêcher d'avoir un rictus à son tour. Son doigt fuit les lèvres du brun. Oui, il avait dû comprendre des choses pas claires, et n'a pas préféré "déranger"... Bien aimable de sa part! Les pas résonnent, à nouveau, et s'éloignent. Elle plante son regard dans celui de Julian, s'adoucissant un peu. Les hypothèses avaient filé un peu trop vite dans sa tête, et les déductions aussi...
La porte de la véranda se referme, on entend des échos lointains de voix et de rires au dehors... Puis plus rien.
Restée si proche de Julian, elle se dit qu'il faudrait maintenant qu'il n'y a plus nécessité, se décoller de lui. Mais, à cet instant, alors que la pression de ces présences parasite redescend, celle qui existe entre les deux étudiants presque plaqués l'un contre l'autre, semble remonter d'un coup.

Gwen se glisse hors des feuillages, passant une main dans ses cheveux, cherchant des yeux à regarder au dehors, pour être bien certaine qu'ils soient partis... Et aussi quelque part pour fuir toute pulsion, sans doute encore en proie à ces réflexions qui lui avaient traversé l'esprit si rapidement. Le brouillard embrumait un peu moins les murs vitrés de la pièce; un rayon de soleil semblait avoir percé cet amas nuageux au ras des toits de Rédemption... Il demeurait un espèce de flou particulier, la brume n'étant pas complètement dissipée.
La brune ne se retourne pas, et reprend comme normalement le cours de leur conversation.


_Essayer?

Elle a l'air tout de même préoccupée, de par cette attitude de tourner le dos et de rompre le contact si soudainement. La "redescente" après une soirée où le sommeil à manqué et où la drogue l'a compensé... Ça provoque souvent la bipolarité, chez Gwen. Difficile d'expliquer, difficile de comprendre, et pas forcément facile à vivre...

• • • • • • • • • • • • • • • • •



«Tu sais ce qui a de plus douloureux?
C’est d’pas pouvoir se rappeler ce qu’on ressentait avant.
Essaie de garder cette sensation.
Parce que si tu la laisses s’en aller...
Tu la perds à jamais.
»


Dernière édition par Gwen Burnett le Jeu 12 Juil - 17:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invitéavatar
MessageSujet: Re: Au milieu du brouillard... [PV: Julian Adamson] / TERMINE Dim 24 Juin - 10:24

Un regard amusé
Il te regarde, le sourire au coin des lèvres.

Tout se passa si vite, les gens autour d'eux avait quitté la pièce excepté un qui semblait bien les avoir vu. C'est à cet instant que la main de Gwen quitta la sienne pour venir poser son index sur les lèvres de Julian. Oui, ce type en face d'eux avait croisé leur regards, il en était sur à présent... mais jusqu'au dernier moment, il ne prononça pas un mot et s'en alla affirmant aux autres qu'il n'y avait personne d'autre ici. Soulagés, Julian et Gwen devait certainement l'être. Néanmoins, ils n'avaient pas grand chose à se reprocher si ce n'était qu'ils flânaient au mauvais endroit au mauvais moment. Leur proximité se brisa en un instant sentant l'index de la jeune fille quitter ses lèvres. Quelque part, il regrettait que cette proximité ai duré si peu de temps. Il la regarda de ses yeux marrons alors qu'elle faisait de même et elle quitta le feuillage, cette planque bancale mais bien pratique qui les avaient cachés aux yeux des surveillants. Une fois encore, son pouvoir lui avait montrer une sortie de secours. Julian prenait de plus en plus confiance et sentit monter en lui comme un flot de sentiments; la satisfaction personnelle.


Le voyage
Des traits, des courbes spectrales et des noms qui flottent dans l'air

Elle lui tournait à présent le dos, comme si cette expérience n'avait jamais existé et reprit sur un ton neutre. Déçu, Julian devait bien avouer qu'il aurait préféré que cela soit plus chaleureux, qu'ils puissent rire de cette aventure, mais...rien. La voix douce de Gwen fendit le silence et l'extirpa de ses pensées et regrets.

"...Essayer ?"

"Ah...ça... Et bien, mon...Pouvoir" et sans un mot de plus, il s'approcha timidement d'elle, le regard plongé sur le sol jusqu'à arriver en face d'elle où ses yeux se plantèrent dans le vert hypnotique de ceux de la jeune-fille.

"Je ne sais pas si cela va fonctionner, mais... je vais essayer" Il hésita un instant et pris ensuite les mains délicates de Gwen dans les siennes. Il ferma les yeux un instant et ses yeux jusqu'à présent marrons adoptèrent le bleu océan, autour de ses yeux un léger brouillard de fumée bleue et noire scrutait à présent les pupilles vertes de Gwen... Lentement, tout ce qui se trouvait autour de lui se dessinait sous des formes distinctes, seuls des traits, des courbes et des tons de bleu engouffrait la pièce sous cette vision fantomatique. Ensuite, ce ne fut plus la pièce dans laquelle ils était qui se dessina mais l'étage tout entier et s'en suivirent tout les moindres recoins de Rédemption... La carte était à présent ponctuée de minuscules silhouettes orange, rouge et verte.

"Tu vois quelque chose ?" dit-il lentement.

Il ferma les yeux une seconde et les ouvrit, regardant les points rouge s'éloigner de la véranda... Il n'y avait plus de danger à ce qu'ils soient repérés maintenant, aucune chance même. Il sentit sa tête tourner et lâcha son étreinte... Les flammes colorées s'éteignirent d'un coup, les traits bleus rétrécissait, perdant de leur aspect vaporeux, ils reprirent les couleurs originelle qui occupait la pièce. Les yeux bleutés fantomatique de Julian s'éclipsèrent en un flash de la même couleur tendis que sa tête le compressait, il sentit la fatigue l'envahir et ensuite plus rien. La sensation désagréable de son corps heurtant le sol. Tout était noir autour de lui, il cru bien entendre une voix mais elle était faible. Peut-être que de concentrer autant d'énergies n'était pas encore possible pour lui ?

Après quelques longues minutes ce voile obscur se dissipa et ses pupilles scrutèrent lentement la pièce. Julian se releva péniblement sans trop savoir comment il y était arrivé.
Revenir en haut Aller en bas
Gwen Burnett
avatar✉ Messages : 83
✉ Fiche : "Tu ne me connaîtras jamais entièrement."
Liens
"J'avais si peur de ce que je ressentais, tu sais..."
✉ Classe et/ou emploi : Terminale.
✉ RP(s) en cours : 1/4
✉ Âge : 17ans
✉ Pouvoir(s) : Bouclier protecteur
Féminin

~ Qui es-tu ?
Relations ::
MessageSujet: Re: Au milieu du brouillard... [PV: Julian Adamson] / TERMINE Jeu 12 Juil - 17:49

Un bruissement de feuilles; Julian sort aussi de leur cachette improvisée. Sa voix retentit à nouveau, et Gwen se retourna vers lui. Son regard planté au sol trahissait une certaine timidité, plutôt soudaine et quelque part normale face à la situation dans laquelle ils étaient. Elle eut un sourire, légèrement amusé, quelque part attendri. Ses yeux rencontrèrent ceux du brun, à nouveau.
Son pouvoir, n'est ce pas? Comment ne l'avait-elle pas comprit, ça lui échappait. La jeune femme hocha la tête, en signe d'affirmation. Elle voulait savoir, comprendre ce que lui pouvait vivre. Il ne lui était jamais venu à l'idée que l'on pouvait partager ses capacités avec les autres... Sa curiosité était piquée à vif. Il hésita, il n'était pas vraiment sûr de ce qu'il faisait et cela se voyait. Gwen se disait que cette idée venait peut-être d'apparaître dans sa tête.

Qu'importe. Ses mains vinrent attraper les siennes; la chaleur revint dans ses doigts froids. Julian ferma les yeux, et lorsqu'il les rouvrit, ses iris avaient changé de couleur. Le brun de ses yeux qu'elle avait déjà scruté était devenu bleu, d'un bleu étrange, brillant, lumineux. Effectivement, elle aurait du se rendre compte de ce changement lorsqu'il avait utilisé son pouvoir... Comme quoi certaines choses lui échappaient. Pensée agaçante, qui fut vite chassée par ce qu'elle perçut à son tour. Une brume entourait les pupilles de son interlocuteur, et bientôt sa vision des choses autour d'eux changea. Les formes devenaient lignes claires et nettes, dans une teinte bleutée. Une carte se profilait, définissant le pensionnat de Rédemption dans ses moindres détails. Des points se détachaient des géométries bleuâtres, rouges, verts, et orangés. L'atmosphère spectrale fascina Gwen, qui laissait courir son regard sur les courbes, sur cette nouvelle vision des choses. Un peu comme à un premier trip aux acides...
Un amas rouge se détachait de la véranda; ils ne risquaient plus rien, visiblement.


_Tu vois quelque chose ? Fit-il, doucement.

Mais aucun son ne traversa les lèvres de Gwen. Rien. Le silence complet. Elle avait peur de rompre le sort en quelques sorte, que tout s'évapore d'un coup. Malgré son soin à garder un silence presque religieux face à ce qu'elle voyait, la brune vit le charme prendre fin. Le bleu et les points s'évaporaient, brusquement et à la fois progressivement. Elle sentit un léger malaise; la tête qui tourne, un vertige court.
Le corps de Julian chuta au sol, sans qu'elle n'ai pu le rattraper ou réagir, trop prise dans son étourdissement et le retour aux couleurs et aux formes normales. Un léger sursaut face à la perte de son contact avec lui, qui acheva définitivement le partage de son pouvoir.

Soudainement bien ancrée à la réalité, elle s'empressa de le rejoindre au sol, se glissant à genoux à côté de son visage, l'air inquiète. Penchée sur lui, elle souleva sa tête d'un geste précis et rapide; pas de sang, tout allait bien jusque là, il n'était pas trop mal tombé. Mais un traumatisme suivi de sommeil n'est pas forcément bon pour le cerveau. Elle reposa sa tête brune sur ses genoux, gardant ses mains sur ses joues dans l'espoir que son contact l'oblige à ré-ouvrir les yeux.


_Julian? Julian!

Sa voix résonnait comme un appel de détresse. Gwen semblait démunie face à ce qui arrivait; elle n'avait jamais sauvé personne, jamais aidé personne, elle ne connaissait pas les gestes de secours ni quoi que ce soit d'autre. Un espèce de sentiment de rage envers elle-même la traversa; impuissante. Elle était juste impuissante face au malaise de sa nouvelle connaissance, sa première approche de Rédemption, le point marquant de son arrivée ici. Elle n'avait pas le droit de juste le laisser crever là sur le carrelage. Et pourtant, elle ne savait pas quoi faire d'autre. Pourtant, elle ne bougea pas.
Sa main chercha le pouls du garçon, là, dans son cou, et revint sur son front. Presque maternelle, par instinct et pas par calcul, elle ne cherchait pas vraiment de signification à ce qu'elle faisait.
Ce qui s'était passé était quelque part sa faute; elle ne regrettait pas, c'était une expérience particulière, mais visiblement tout test incertain a un prix.

Les minutes s'étaient écoulées, longuement. Elle le voyait respirer, ses pulsations étaient presque normales; il ne devait pas être trop mal en point. Un évanouissement, avec une chute, heureusement pour lui, pas trop conséquente.
La jeune femme ne détourna pas ses yeux verts de son visage durant le laps de temps où son corps resta immobile, et ses paupières closes. Le déplacer? Il était trop lourd pour qu'elle ne le soulève toute seule. Elle soupira. Tout s'était passé si vite.

Son regard se ralluma, il ouvrit les yeux et se re-leva, l'air de scruter tous les détails de la véranda. Gwen fit de même et posa une main sur son épaule, son regard se plantant dans le sien, se voulant un repère dans la perte de conscience du jeune homme.


_Eh... Tout va bien? Je suis désolée.

• • • • • • • • • • • • • • • • •



«Tu sais ce qui a de plus douloureux?
C’est d’pas pouvoir se rappeler ce qu’on ressentait avant.
Essaie de garder cette sensation.
Parce que si tu la laisses s’en aller...
Tu la perds à jamais.
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invitéavatar
MessageSujet: Re: Au milieu du brouillard... [PV: Julian Adamson] / TERMINE Sam 22 Sep - 10:23

Julian sentit la présence de Gwen, plus encore que quand ses yeux se plantèrent dans les siens, sa main était posée sur son épaule. Cette sensation de sentir que quelqu'un s'inquiétait pour lui réchauffait son cœur. Il ne dit rien, il la regarda tout simplement. Cette chose qui compressait sa poitrine et faisait battre son cœur de nombreuses pulsations d'ordinaire plus lentes, elles s'accélérait à mesure que ses yeux noisettes se noyait dans ceux de Gwen. Elle était tout ce qu'il aurait bien voulu avoir...mais...comment pourrait-il demander quoi que ce soit à la personne qu'il venait de rencontrer ? Et si elle le prenait mal ? Perdrait-il son amitié ? Serait-ils séparés ? Julian se retrouverait-il encore seul, jusqu'à ce qu'une âme "charitable" daigne lui prêter attention ? Il préférait rester dans l'ombre, conserver ce qu'il avait acquis aujourd'hui et pour de nombreuses heures, de nombreux jours et peut être même de nombreuses années...

Partager son pouvoir n'était pas chose facile, et bien qu'il venait de le découvrir, quelque part au fond de lui, il le savait. Tout était de sa faute, mais il avait envie de lui montrer ce qu'il voyait, ce qu'il ressentait et cette "putain" de sensation de tout savoir, de tout voir de sentir à bout de doigts cette LIBERTÉ qu'il appréciait tant. Aucun regrets donc. Enfin...si, avoir inquiété son amie l'ennuyait profondément.

"Je...Ce n'est pas de ta faute Gwen, c'est moi qui te l'ai proposé, non ? Alors, t'en as pensé quoi ?!" Il avait le sourire aux lèvres les yeux toujours plantés dans ce vert qui le rendait fou de quelque chose. Comment appelait-on ça ?

Il se releva péniblement. Ses jambes étaient engourdies mais une fois debout tout allait mieux. Sa tête n'était plus affectée par ce mal qui la compressait et il se rendait bien compte que tout ce qui venait de se passer... Il avait envie de continuer de rester avec elle... Mais s'il voulait rester ici... Continuer de la voir, il y avait des choses qu'il devait faire. Aussi, il allait devoir prendre congé d'elle, s'occuper des affaires administratives et de sa chambre avant de se rendre aux cours.

"Bon, je crois que j'ai assez pris de bon temps pour aujourd'hui... Mais si je veux continuer à rester ici. Je dois bien respecter quelques règles... Au moins pour continuer à te voir."

Cette remarque le fit rougir s'en qu'il s'en rende vraiment compte, bien qu'instinctivement il avait détourner le regard. Il la regarda une dernière fois dans les yeux.

"On se revoit bientôt, je suis sur que certains cours seront bien trop ennuyeux pour rester en classe. De toute façon, je sais où te trouver maintenant ! Bon, je dois y aller, à la prochaine !" Il fit un geste bref de la main et s'éloigna lentement, il traversa la véranda, regagna la porte du toit et descendit les escalier, laissant derrière lui celle qu'il venait d'apprendre à aimer.


.Fin du sujet.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contenu sponsorisé ❞
MessageSujet: Re: Au milieu du brouillard... [PV: Julian Adamson] / TERMINE

Revenir en haut Aller en bas

Au milieu du brouillard... [PV: Julian Adamson] / TERMINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: